Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jeudi 7 Février 1974

25 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 7 Février 1974

Le jeudi 7, 2e épisode de "La demoiselle d'Avignon" et c'est à peu près tout ce qu'il y a à voir.

Je suis tout à mon rêve de (peut-être) voir Muriel. Nous sommes à J moins 2 et je ne sais toujours pas si je vais la revoir, après tant de mois d'absence à la télé.

Mes états d'âmes amoureux ont dû être exaltés par la vision de la passion de Koba et François Fonsalette qui, voulant se rejoindre, se croisent à l'aéroport, l'un partant comme ambassadeur en kurlande, l'autre venant jeune fille au pair à Paris!

Voici Muriel dans "Lancelot du lac".

Lire la suite

Mercredi 6 Février 1974 : Muriel en couleur dans Télé Poche

24 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 6 Février 1974 : Muriel en couleur dans Télé Poche

Quel bonheur! Muriel est au verso de la couverture de Télé Poche dédiée à Brassens. Il y a même une mini-interview d'elle où elle parle de "Bernardi de Sigoyer". Les autres magazines proposent comme Télé Poche des photos de Mlle de la Faille, toutes plus ou moins les mêmes.

Muriel était et reste aujourd'hui le bonheur à l'état pur.

Nous sommes à J moins 3 de la diffusion de son film.

Je regarde distraitement le sixième épisode des "Bannis" : "Le vin lourd". Il n'y a rien à la télé en soirée.

Voici la photo verso de couverture de Télé Poche, la dernière que le magazine publiera.

Lire la suite

Mardi 5 Février 1974

24 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 5 Février 1974

Quel suspense à J moins 4. Cette-fois, il semble bien que mes parents ne vont pas céder et que je vais rater Muriel. Jusqu'ici, j'ai eu la chance qu'elle passe dans des feuilletons et des programmes qui plaisaient à tous.

"Les dossiers de l'écran" proposent un western avec James Stewart, "Les prairies de l'honneur". Bizarrement, je ne saurais vraiment qui est James Stewart qu'après son rôle d'avocat dans la série "Hawkins" qui sera diffusée le dimanche en novembre décembre 1974 sur la 3.

Je ne me souviens plus si je discutais autant alors avec Francis de Muriel. Il faut dire que je me souviens de tant de choses quarante-deux ans après, ce n'est déjà pas si mal.

Je pense au lendemain avec toutes les revues qui vont enfin présenter cette mademoiselle de La Faille que j'attends depuis si longtemps.

Muriel dans "La double vie de mademoiselle de La Faille".

Lire la suite

Mercredi 20 Décembre 1972

23 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #MATCH CONTRE LA VIE

Le 20 décembre 1972, veille de la diffusion du "Roi de fer", Télé 7 jours annonçait la diffusion, comme septième épisode de "Match contre la vie", "Nicole", déjà diffusé à l'été 1969. Or, je viens de trouver un exemplaire du Télé Poche de ce jour-là, que j'avais, mais dont manquaient certaines pages, et notamment celle du 20.

D'après Télé Poche, c'est "Accident de la route" ("The compagny of scoundrels") avec en vedettes invitées Pat Hingle et Ford Rainey qui fut diffusé.

Voici le texte selon Télé Poche : "Un amendement à la loi sur le jeu vient d'être présenté devant un groupe de sénateurs à Washington. Bien entendu, le "milieu" du jeu va tout mettre en oeuvre pour empêcher ce projet d'entrer en vigueur. A la mort très suspecte de Dwight Sinclair, l'un des promoteurs du projet pour la loi, dont la voiture est retrouvée au fond d'un précipice, Paul décide de revenir immédiatement à Chicago pour enquêter sur cette mort qui lui paraît être un assassinat qualifié.

Voici d'autres indications sur l'épisode que j'ai trouvées sur le site dédié à la série.

D'après le lieutenant de police qui a traité l'affaire, il n'y avait pas de circonstances suspectes apparentes. Le lieutenant Omar Blyx (Len Wayland) encourage néanmoins Paul à mener sa propre enquête. Des témoins évoquent avoir vu une voiture au moment de l'accident. Paul enquête sans succès dans plusieurs stations services.

Finalement, un pompiste se rappelle une voiture immatriculée dans le Michigan, dont le conducteur a donné une carte de crédit au nom de Vincent Pielow. Et ce en contradiction avec les témoins qui indiquaient une plaque minéralogique locale.

Paul engage alors un détective privé pour qu'il retrouve Pielow à Détroit. Le détective révèle que l'homme travaille pour une compagnie qui fabrique des machines de jeux de hasard, mais apeuré abandonne très vite l'enquête.

Paul va ensuite voir le général en retraite Andrew Douglas (Ford Rainey) intéressé par le travail de la commission anti-jeu. Pielow est alors abattu.

Les rebondissements se succèdent : Paul Bryan est mis en joue par un homme, mais c'est un des gardes du général. Le garde apprend à Paul qu'il est surveillé par une grande société de détectives dont le siège est à Washington.

Paul découvre qu'il s'agit d'un cabinet de détectives dirigé par Frederick Huffschmidt (Pat Hingle). Il déclare à ce dernier que rien ne l'empêchera de témoigner à l'audience du sénat.

De retour à Détroit, Paul retrouve l'homme qui a causé l'accident fatal, un certain Tony Cupidon.

Huffschmidt menace si Paul continue son enquête de révéler qu'il est atteint par une maladie incurable. Notre héros ne se laisse pas faire et contre attaque. Il menace le détective de le faire mettre en prison pour chantage.

Lors de l'audience, Paul met en évidence la culpabilité de Tony Cupidon et Vincent Pielow. Le général Douglas prend la présidence de la commission sénatoriale anti jeu.

Voici des photos de cet épisode.

Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Mercredi 20 Décembre 1972
Lire la suite

Lundi 4 Février 1974

23 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 4 Février 1974

L'attente continue. Les journaux pour l'instant ne sont pas sortis, et je vais me précipiter mercredi chez le buraliste. En plus de Télé Poche et Télé 7 jours, je vais prendre d'autres revues dont "Télémagazine".

Le film de l'après-midi s'appelait "Situation désespérée... mais pas sérieuse". Je ne l'ai pas vu, mais il me sert à illustrer ce que je pensais alors avec cette dramatique qui tombait en face du top des Carpentier.

Il n'y avait à voir que "Maurin de Maures" et "La légende des Strauss" ce jour-là. C'est étrange mais je repense avec tristesse à cette époque, alors que le printemps 73 n'évoque en moi que du bonheur.

Pourtant, personne ne savait que la carrière de Muriel était terminée. Elle était en plein coeur de sa jeunesse, avait trente ans, et semblait-il tout le temps devant elle.

Je me souviens avoir dit à mon ami Francis que Jane Seymour, découverte dans "Vivre et laisser mourir" et qui joue dans "La légende des Strauss" était bien jolie. Il me répondit : "Tu te lasses vite". Mais par la suite, cette actrice devait devenir célèbre avec "Docteur Quinn, femme médecin". C'est Muriel qui m'a marquée et que j'aime encore aujourd'hui, si Francis a cru que j'allais changer de muse, il s'est bien trompé.

D'après Télé Poche, certains écoliers étaient en vacances cette semaine là, du moins lundi et mardi. Je n'en ai pas le souvenir, la France étant alors découpée en trois zônes.

Nous sommes J moins 5 avant le retour d'une Muriel dont les lecteurs de ce blog savent que je vais bel et bien la voir.

La voici dans "Gigi".

Lire la suite

Dimanche 3 Février 1974

23 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 3 Février 1974

Ce sont les derniers feux d'une époque qui étincellent, une partie de mon enfance va s'enfuir à tout jamais avec l'absence définitive de Muriel. Je l'ignore alors mais "La double vie de mademoiselle de la Faille", qui sera suivi de "L'affaire Bernardi de Sigoyer" le 6 mars seront les dernières apparitions de Muriel. En plein coeur de l'été 74, lorsque les gens sont en vacances, elle apparaîtra une ultime fois dans l'épisode du curé de choc "Le marié s'envole" le temps de quinze minutes, le mercredi 26 juillet. Puis, on ne la verra jamais plus, sauf lors de rares rediffusions.

Deux films ce dimanche-là, "Les frères Barberousse" à 14h30 et "Auguste" avec Fernand Raynaud à 17h00. Je n'aurai pas la permission de voir "La colline des hommes perdus" avec Sean Connery, film du dimanche soir qui se termine à 22h45.

Nous sommes à J moins 6 du retour de Muriel, mais mes parents ne cèdent pas, ils veulent regarder samedi les programmes de la 2.

Lire la suite

Samedi 2 Février 1974

22 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 2 Février 1974

Sur la Une, c'est la dernière fois que Clotilde Joano est tête d'affiche. Elle est la vedette de "L'amour triste", dramatique du samedi soir, réalisée par François Martin. Personne ne sait qu'elle est en train de mourir d'un cancer, en effet son décès survient le 23 mars. Connue au cinéma pour "Les noces rouges", "Z", "L'horloger de Saint-Paul". Elle n'avait que 42 ans. Pas le genre pin-up, je trouve qu'elle faisait très stricte et classique, un peu comme ces gens qui ne sont jamais jeunes, qui font vieux dès le début. Dans le cas présent, il me semble que cela tenait à sa coiffure. Mais bon, c'était une bonne actrice, bien oubliée aujourd'hui. Je l'ai peu vue à part dans un épisode des "Chevaliers du ciel".

Ces dramatiques de la Une le samedi soir, mes parents les détestaient, et c'était bien là mon problème puisque Muriel arrivait la semaine suivante avec "La double vie de Mademoiselle de la Faille". Ils trouvaient cela sérieux et ennuyeux, surtout face à Maritie et Gilbert Carpentier. Bon, une grève sur la 2 fit que j'eus beaucoup de chance.

Dans "La Une est à vous", la saison 4 de "Mission Impossible" (soit la plus récente en ordre de diffusion, avril 73, j'en ai parlé sur le blog) est proposée dans la catégorie "Aventures" et va certaines fois battre "Les mystères de l'ouest". Mais il n'y aura que les 13 épisodes achetés à l'époque par l'ORTF pour cette saison 4, alors qu'une centaine de "Mystères de l'ouest" sera proposée dans l'émission "à la carte".

Le Top des Carpentier est dédié à Pierre Tchernia. Onzième épisode d'Arsène Lupin, "Le film révélateur", adapté de la nouvelle homonyme de Maurice Leblanc qui se trouve dans le recueil "Les huit coups de l'horloge".

Bouvard reçoit le groupe "Au bonheur des dames".

C'était J moins 7 avant le retour de Muriel.

La voici dans "Allo Juliette".

Lire la suite

Vendredi 1er Février 1974

21 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 1er Février 1974

Cinquième épisode de "Banacek" : "Sans issue", dans lequel la vedette féminine est Jessica Walter que j'ai découvert en 1972 dans l'épisode de "Mannix": "Qui est Sylvia ?". C'est une série vraiment trop courte : sept épisodes et puis s'en vont. La vraie bonne surprise de cette année 1974. Pourtant, on voyait cela en noir et blanc, et le pilote, "Les traces fantômes", a été amputé de 20 minutes.

Des titres d'une grande valeur sont volés dans un ascenseur. Banacek démontre à la fin qu'un faux ascenseur a servi à mystifier les enquêteurs et à permettre le vol.

Aucun souvenir du huitième épisode des "Champions" : "Le poison". Une série qui a bien du vieillir et ne me donne pas envie de la revoir aujourd'hui.

Jour J moins 8 avant l'arrivée de Muriel dont à postériori je sais que je l'ai vue. Ce qui relève du miracle, une grève de la 2 le samedi 9 février.

Pour continuer le blog après le 6 mars 1974, je me demande bien ce que je vais pouvoir raconter. On verra bien, je ne compte pas arrêter. Il va falloir faire preuve d'imagination. Cela ne sera sans doute plus chronologique, mais des souvenirs, des allers et retours dans le temps.

En attendant, voici Muriel dans "Zoé".

Lire la suite

Jeudi 31 Janvier 1974

20 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 31 Janvier 1974

Belle journée assez propice à la rêverie puisque la 2 commence la rediffusion de "La demoiselle d'Avignon" et malgré l'heure tardive (fin à 22h40 après "Taratata"), j'ai le droit de regarder.

Ce feuilleton, diffusé en janvier février 72 le samedi soir, avait fait l'unanimité et lancé les carrières de Marthe Keller et Louis Velle. Le succès est toujours présent pour la deuxième diffusion. Il se trouve que nous connaissons Avignon y ayant eu de la famille.

François Fonsalette (Louis Velle), un diplomate, fait des fouilles archéologiques au Fort Saint-André de Villeneuve les Avignon, propriété de sa mère. Un groupe de jeunes kurlandais (île imaginaire de la Baltique) a été contraint de s'arrêter car leur minibus Volswagen vient de crever. Koba, princesse héritière de Kurlande, voyage incognito avec un groupe de jeunes kurlandais venus célébrer la fête d'Adelaïde, ancienne reine de Kurlande née en Avignon. Koba rencontre François dans le jardin du fort en train de raconter une histoire à des enfants, et c'est le coup de foudre.

Muriel revient dans neuf jours, mais je ne suis pas sûr de la voir. Mes parents ne veulent rien savoir, inflexibles. J'en parle à mon copain Francis. C'est un coup dur pour moi qui attend "Mlle de la Faille" depuis juillet 1972. Une vraie poisse. On peut dire que même si je l'ai vue, le plaisir a été grandement gâché.

En 1974, j'avais déjà la nostalgie de 1972-73.

Muriel dans "Un curé de choc".

Lire la suite

Mercredi 30 Janvier 1974

19 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 30 Janvier 1974

Le mercredi 30, je vois dans les prévisions programmes que le samedi 9 sur la Une sera diffusé "La double vie de mademoiselle de la Faille" que j'attends depuis que Muriel en a parlé dans son interview de Télé Poche en juillet 1972. J'apprends cela dans le Télé Poche ayant George Peppard/Banacek en couverture. Et c'est la catastrophe : le film avec Muriel est programmé le samedi sur la Une. Mes parents ne regardent jamais cette chaîne ce soir-là, ils détestent les dramatiques, et adorent Les Carpentier

En effet, c'est programmé à la même heure que le "Top à Joe Dassin" et du douzième épisode d'Arsène Lupin et dès que j'en parle à mes parents, à ma mère notamment, refus catégorique. Je vais rater le retour de Muriel!

C'est l'année de mes quatorze ans et l'idée me vient d'acheter un petit poste TV portable. Mais la télé était un luxe à l'époque et je ne l'aurais qu'en octobre 1975.

Je ne fais pas durer le suspense, grâce à une grève, je pourrai voir Muriel, mes parents furieux s'enfermeront dans la cuisine. Ce n'était pas les conditions idéales pour mes retrouvailles avec Muriel. Vive les grévistes de l'ORTF, après tant de mois sans Muriel, sans eux, je l'aurais ratée.

Un compte à rebours commence, dans l'incertitude. J moins 10. Ce jour-là, il y a "Les bannis", cinquième épisode "Je me nomme Jemal". Rien le soir : sur la Une, un magazine d'actualité, "74", sur le Royaume-Uni, et sur la 2 une dramatique avec Etienne Bierry, "Taxi de nuit". Je ne sais plus si on captait enfin la 3.

La fin de carrière de Muriel se déroule donc dans la contrariété de la manquer.

La voici dans "Tilt".

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>