Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

journal 1972

Vendredi 22 décembre 1972

16 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Complètement émerveillé, j'aborde le lendemain de fête encore sous le choc d'avoir revue Muriel.

 

Ce vendredi là, la 2 diffusait le 3e épisode des "Gens de Mogador". On y retrouvait Lyne Chardonnet tentant de voler à l'héroïne son mari.

 

Belle actrice au destin tragique, comme Muriel.

 

L'épisode parle des disputes, des hauts et des bas du couple Julia-Rodolphe.

 

Après l'épisode, je passe sur la Une voir la fin de "Tom Jones" avec Albert Finney.

 

Je suis complètement dans les nuages avec Muriel Baptiste. Suspendu entre deux nuages, j'attends Noël. Et surtout le 2e épisode des "Rois maudits".

 

Le feuilleton de l'après midi de la 2 "Les fiancés" se termine, je vais enfin retrouver "Match contre la vie".

 

Le bonheur est trop éphémère, le film de la veille m'a ébloui, mais le temps passe inexorablement. Les lendemains de jours de bonheur, on se sent vidé.

 

Visage-de-Muriel-tour-de-nesle.png

 

Lire la suite

Jeudi 21 décembre 1972 - Deuxième partie

15 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Muriel est donc devant mes yeux émerveillés dans "Le Roi de fer". Après la scène de la tour de Nesle, on la retrouve un peu plus tard lorsque la reine Isabelle de France la dénonce à son père. Je n'ai pas conscience sur le champ que Muriel n'a pas beaucoup de scènes dans l'épisode. Une apparition dans le prologue, la scène des amours coupables, la dénonciation, puis le jugement le crâne rasé.

 

Muriel même le crâne rasé tu es merveilleusement belle. Tandis que ma grand-mère trouve la série "Les Rois maudits " barbare, moi je me régale.

 

Le rôle est nettement plus intéressant que Geneviève Lagrange. Je crois reconnaître Pierre Michael, le héros Johan Sutter du feuilleton "Fortune" (et le père du périssable chanteur Jean Pierre François "Je te survivrai") dans le rôle de Marigny, mais c'est un acteur que je ne connais pas, André Falcon, qui tient le rôle.

 

A part Jean Piat, tous ces acteurs sont inconnus pour moi : Georges Ser, Jean Deschamps, Hélène Duc.

 

C'est, à coup sûr, l'un des plus beaux jours de ma vie, et jamais Muriel ne fera un come back aussi toniturant par la suite.

 

Lorsque le générique de fin arrive, le compte à rebours commence pour le deuxième épisode. Je suis aux anges. Même si j'aurais préféré que Muriel soit des six épisodes et non seulement de deux.

 

Muriel-scene-du-jugement-copie-1.jpg

Lire la suite

Jeudi 21 décembre 1972 - Première partie

14 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Il faut s'y prendre en plusieurs fois pour parler de ce soir là. Une journée inoubliable.

 

Ce fut très long d'attendre 20h30 sur la deuxième chaîne en noir et blanc. Le soir ne voulait pas tomber.

 

Ma mère partit aux dauphins montiliens pour une réunion de parents des membres du club de natation.

 

Elle faisait bénévolement un peu de secrétariat et tapait à la machine les compte rendus.

 

Je me retrouvais devant le petit écran à 20h30 avec ma grand-mère plutôt sceptique devant ce film.

 

Jean Desailly présente les protagonistes. On aperçoit Muriel, figée, comme les autres comédiens, mais le temps d'un éclair.

 

Mon coeur bat à tout rompre, Six mois viennent de s'écouler et la princesse du rail revêt des habits de reine de Navarre et princesse de Bourgogne devant mes yeux ébahis.

 

Je sais qu'il faut profiter du jeudi et du jeudi qui le suit, car télé poche a vendu la mêche dans son numéro  du 23 décembre paru ce jour là. "Le 28 décembre, vous assisterez à la mort dramatique de Marguerite de Bourgogne dans le deuxième épisode : "La Reine étranglée.

 

Le générique commence avec une couronne sur une image fixe où sont inscrits les noms des acteurs, et "Le Roi de fer" commence.

 

Mais il faut attendre, attendre, et encore attendre. Muriel n'est pas là. Certes, on parle de Marguerite, on ne parle que d'elle, un complot se resserre autour d'elle, il est question d'adultère, je ne sais trop ce que c'est à l'époque. Marguerite a un amant ? Pour faire bisous bisous ?

 

J'ai 13 ans et en 1972, les effets de la révolution sexuelle me sont passés bien au dessus de la tête.

 

Je ne sais pas non plus ce qu'est l'homosexualité. Le roi Edouard II d'Angleterre préfère la compagnie des jeunes hommes effeminés à son épouse Isabelle, mais cela n'évoque rien en moi.

 

Mon Dieu que le temps passe lentement, six mois d'attente et Muriel n'arrive toujours pas. On voit Jean Piat, dans un rôle moins sympathique que le chevalier Lagardère qu'il incarna en 1967.

 

Le film se prolonge, s'éternise, et soudain une créature langoureuse se glisse dans une robe de rouge.

 

- Eh bien qu'as tu mon beau Philippe ? N'es tu pas heureux de me voir ?

 

La voix frêle et grave n'a pas changé, c'est celle d'Annunciata Vidal la princesse de bohème, c'est celle de l'infirmière Geneviève Lagrange, c'est celle de la femme que j'aime, l'actrice Muriel Baptiste. C'est sans doute à ce moment précis moi qui depuis 1967 l'appelait "la princesse du rail" que je me suis mis à l'appeler du plus beau prénom du monde :

Muriel.

 

A suivre...

 

vlcsnap-2012-11-14-19h06m39s37

 

 

 

Lire la suite

Mercredi 20 décembre 1972

13 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Il y a quelques jours, sur TV Breitz, j'ai revu le pilote de la série "Columbo", "Rançon pour un mort". Cet épisode marquait les débuts à la télévision française le 20 décembre 1972 sur la Une ORTF du fameux lieutenant.

 

Mais bon, je ne découvrirai Columbo qu'avec le 3e épisode en janvier 73. Pour l'heure, c'est le deuxième épisode des "Gens de Mogador" qui raconte le mariage houleux de Julia et Rodolphe, l'arrivée à Mogador, domaine en ruines, et l'affrontement entre la jeune bru et la mère de Rodolphe, une vieille garde chiourme.

 

Septième épisode de "Match contre la vie" : "Accident de la route", mais hélas aucun souvenir. C'est l'épisode qu'annonce Télé Poche, tandis que Télé 7 jours annonce une rediffusion de 1969 avec l'épisode "Nicole".

 

 

Nous sommes à J moins un 1 avant le retour de ma fabuleuse Muriel. Je suis sur un nuage. J'ai fait mes petits plans pour ne pas rater le premier épisode des "Rois maudits" le lendemain.

 

Je serais seul avec ma grand-mère, qu'il était facile d'amadouer. Avec Pinocchio sur la Une, et dont nous n'avons pas vu le premier épisode, peu de chances qu'elle m'empêche de regarder Muriel.

 

Ma mère, qui assure le secrétariat du club nautique que je fréquente, "Les Dauphins montiliens", a une réunion le lendemain. Elle sera là par contre pour le deuxième épisode des rois, "La Reine étranglée".

 

Je ne le sais pas encore, mais avec le rôle de Marguerite de Bourgogne, Muriel va me passionner au delà de tout ce qui est imaginable. Regardez ce sourire : elle était merveilleuse. Comment ne pas en être fou amoureux ?

 

MURIEL DANS TELE SUCCES

Lire la suite

Mardi 19 décembre 1972

12 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour J moins deux avant le retour de Muriel.

 

Pas grand chose à voir : La Une propose "Les aventures de Pinocchio", mais le feuilleton va se trouver ensuite en face des "Rois maudits".

 

Commencer une série sans en voir la suite n'a aucun intérêt.

 

La 2 avec Guy Lux propose Gilbert Bécaud, suivi du film de Fellini, "Les Clowns".

 

On est loin des réjouissances de la veille avec l'arrivée des "Gens de Mogador".

 

Après avoir attendu six mois après la fin des "Dernières volontés de Richard Lagrange", je ne suis plus à un jour près pour voir Muriel que j'attends fébrilement.

 

Plus que le mercredi à tenir, jeudi sera le jour J.

 

Et mercredi, au moins il y a "Mogador", 2e épisode déjà.

 

10 edition plon del duca 1972 la reine etranglee

Lire la suite

Lundi 18 décembre 1972

11 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour j moins trois avant le retour de Muriel.

 

Noël commence à la télé avec "Les Gens de Mogador". L'histoire d'une famille en Provence, qui commence en 1852 et s'étend sur trois générations.

 

Nous allons donc traverser la guerre de 1870, celle de 14-18 et nous arrêter avant la seconde guerre mondiale.

 

Jean Claude Drouot, ex Thierry La Fronde, ex Wilhelm Storitz, est Rodolphe Vernet, un bonapartiste, amoureux de la fille d'un royaliste.

 

Elle s'appelle Julia Angelier, est interprétée par Marie José Nat, que je ne connais pas encore.

 

Dans ce très beau feuilleton, un des meilleurs jamais produits par la télévision française, tiré mais librement adapté des six romans d' Elisabeth Barbier, Muriel Baptiste aurait eu toute sa place.

 

Il est vraiment dommage qu'elle n'y ait pas joué. Elle aurait fait certainement une magnifique Ludivine, la belle fille de Julia.

 

Il faut voir plusieurs fois ce feuilleton, dont le rythme est lent (on n'est pas dans une série américaine) pour en apprécier toute la saveur.

 

Il sera d'ailleurs rapidement rediffusé, en janvier 75.

 

Dans le rôle d'Herminie, la meilleure amie de Julia, on retrouve avec beaucoup d'émotion l'actrice Lyne Chardonnet, qu'un cancer du foie a foudroyé en décembre 1980, et qui aura tourné jusqu'au bout.

 

Juste avant son décès, on la voit dans un film de Delon, "Trois hommes à abattre".

 

Espérons que la télé ne fera jamais de remake des "Gens de Mogador", comme elle a eu la mauvaise idée de le faire avec "Les Rois maudits". C'est ce feuilleton qui va révéler au grand public Marie-France Pisier.

 

Bien que je ne sois pas en vacances, les vacances ont commencé, "Mogador" est tout à fait le genre de film qu'il faut voir pour rêver quand on est amoureux.

 

PDVD 000PDVD_001.JPG

 

 

Lire la suite

Dimanche 17 décembre 1972

10 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

A part le cinquième épisode des "Monroe" à 17h55 sur la Une, "L'ami des animaux", rien à regarder, ennui total.

 

Heureusement, cela va changer dès le lendemain avec "Les Gens de Mogador".

 

Grande excitation, nous sommes J moins 4 avant le retour de Muriel. Le temps semble "suspendu".

 

On défait les cartons de déménagement.

 

Il reste quelques jours à travailler (jusqu'à mercredi matin) mais Noël arrive.

 

Mon cousin a bâclé le travail électrique, ce qui rend mes parents furieux. Je suis obligé de me lever pour éteindre ma chambre.

 

On va en faire en précipitation l'arbre de Noël et la crèche.

 

Muriel dans le cortège de Lancelot

Lire la suite

Samedi 16 décembre 1972

9 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Je me souviens comme d'hier de ce jour là. Il faisait froid, les déménageurs ont laissé la porte ouverte, et mon chien s'est sauvé.

 

Nous avons bien failli ne pas le retrouver.

 

La télé a été débranchée la veille après "Sam Cade" la veille, et l'installation n'était pas prête pour le samedi.

 

C'est un grand cousin écossais, Jack, électricien et réparateur d'antennes télé, qui devait venir nous brancher la télé. A 21h40, "Amicalement vôtre" était programmé. Je voyais l'heure arriver mais pas mon cousin.

 

J'ai bien failli rater "Amicalement vôtre", mais mon cousin arriva à temps.

 

C'était l'un des meilleurs épisodes de la série "Une rancune tenace".

 

Je ne sais pourquoi, je laissais Francis le lundi tout excité me raconter l'histoire qu'il croyait que j'avais raté.

 

Nous étions le jour J moins cinq avant le retour de Muriel.

 

Mllle de la Faillle

Lire la suite

Vendredi 15 décembre 1972

8 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Je découvre "Les Fiancés" mais n'en garde aucun souvenir. "Poigne de fer et séduction" m'amuse mais sans plus. Puis c'est le douzième et dernier épisode de "Sam Cade" : "Incarnation d'un tueur". Sam sera vite oublié, en l'absence de rediffusions.

 

Veille du jour du déménagement, du 6 rue Joliot Curie au 10, soit du quatrième devenu insupportable sans ascenseur pour ma grand mère cardiaque à un premier étage.

 

Nous étions arrivés le 31 décembre 1967 au 6.

 

J'aurais donc vu "La Princesse du rail" en 67 rue des Bourges au centre ville, puis la rediffusion et Richard Lagrange au 6, et je verrai "Les Rois maudits" au 10.

 

Il y aura d'autres Noel enchanteurs comme celui de 1974 en raison de la sortie de "L'homme au pistolet d'or" avec James Bond/Roger Moore face à Christopher Lee. Mais le Noel 72 garde une saveur particulière. En 74, Muriel ne sera plus là.

 

Je vais entrer dans l'hiver le 22, lendemain du premier épisode des rois. Ce sera un merveilleux hiver, suivi d'un merveileux printemps. Muriel en 72-73 martèle les saisons de sa présence, même si je me rends compte que l'automne sans elle fut assez ennuyeux, je viens de l'évoquer pour la deuxième fois sur ce blog.

 

Avec Mary Marquet

Lire la suite

Jeudi 14 décembre 1972

7 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Seul souvenir de cette morne journée télé, la première (et dernière à ce jour) vision de "La Femme du boulanger". J'étais trop jeune, je n'ai rien compris, et je me suis ennuyé.

 

Dans l'article de "Maigret aux assises", diffusé un an plus tôt, Télé Poche disait que Muriel était la nouvelle Ginette Leclerc. J'avoue que je ne vois pas trop le rapport. Muriel n'a aucun rapport avec cette actrice.

 

Nous étions en pleine préparation du déménagement, au milieu des cartons.

 

1972, c'était aussi des jours "sans", et là franchement, il n'y avait rien à la télé.

 

Dans Télémagazine 23 février 1967

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>