Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

journal 1972

Mardi 19 décembre 1972

13 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Les vacances scolaires n'ont pas encore commencées, ce sera pour le vendredi 22 décembre.

 

Mais la télé avait des airs de vacances avec "Les aventures de Pinocchio". La musique sautillante de Fiorenzo Carpi était présente dans les "lancements" que la première chaîne multipliait. On pouvait voir des extraits agrémentés de cette musique. La série a deux vedettes, Gina Lollobrigia et Nino Manfredi.

 

Sur le deuxième, Guy Lux occupe une case hebdomadaire inhabituelle, le mardi, jour des "dossiers de l'écran", suivi par le ciné club avec "Les clowns" de Fellini.

 

Absent pour je ne sais quelle raison, mon ami Francis me raconta le film qu'il avait regardé l'après-midi, "On a volé la Joconde", qu'il appelait  la valise rouge (Il ne se souvenait pas du titre). Marina Vlady et George Chakiris en sont les vedettes. C'est un film de Michel Devile. Il doit y avoir une valise rouge dans l'intrigue.

 

Dans mon souvenir, nous avons regardé Guy Lux. L'émission en question, "Cadet Rousselle", était consacrée à Bécaud.

 

La mission Apollo 17 revient sur Terre et c'est la fin de l'exploration de la lune par les américains.

 

Jour J-2 pour le retour de Muriel.

 

vlcsnap-2012-11-18-18h04m51s223

 

 

Lire la suite

Lundi 18 décembre 1972

13 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Pour je ne sais quelle raison, j'ai ce jour-là au collège feint la surprise de savoir qu'il y avait eu "Amicalement vôtre" le samedi, et avant que j'ai pu rectifier mon dire, mon meilleur ami m'avait raconté l'épisode.

 

Les programmes des fêtes commençaient à la télévision alors que nous n'étions pas en vacances.

 

Sur la deuxième chaîne, après le neuvième épisode de "Poigne de fer et séduction", "L'enlèvement", la diffusion de la saga "Les gens de Mogador" débutait.

 

Je laissais "la piste aux étoiles" sur la première pour dévorer cette saga provençale qui sera très vite rediffusée en janvier 1975.

 

Des quatre feuilletons de Noël, je vais en voir deux "Mogador" et "Les rois maudits", et rater "Pinocchio" et "Les Thibault".

 

Je vais presque regretter que Muriel ait choisi de jouer dans les rois, car "Mogador" dure plus longtemps (13 épisodes de 55 minutes) et il s'agit d'histoires d'amour bouleversantes où elle aurait eu toute sa place.

 

Muriel aurait fait une excellente Ludivine dans la saga Mogador.

 

Cette série voit le retour au premier plan de Jean-Claude Drouot dont la carrière ensuite ne connaîtra plus d'éclipses.

 

Sans m'intéresser à un acteur en particulier (Marie-José Nat, Jean-Claude Drouot), le feuilleton me passionne.

 

Dans Télé-Poche, première photo d'une jeune inconnue : Isabelle Adjani ! Elle a dix-sept ans, et cet autre actrice d'origine kabyle comme Muriel va entrer dans l'histoire du cinéma et des médias, alos que Muriel va sombrer dans l'oubli.

 

"Les gens de Mogador" est un raz de marée sur la presse TV. Couverture de télé 7 jours pour MJ Nat, qui est aussi en verso de couverture sur Télé Poche.

 

Télé 7 jours consacre un grand article à la saga. Avec des grandes photos en couleur. C'est un triomphe annoncé.

 

Plus que trois jours à patienter pour découvrir Muriel en Marguerite de Bourgogne.

 

NOUVEAU SCAN HISTORIA JANVIER 73

 

 

Lire la suite

Dimanche 17 décembre 1972

12 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Première nuit dans mon nouvel appartement. Le dimanche, un seul feuilleton à la télévision, "Les Monroe", avec l'épisode "L'ami des animaux".

 

Le film du dimanche soir, "Les Vitelloni", de Fellini, ne me disait rien. Sur la deuxième chaîne, un western "Le secret du grand canyon" de 1960. Cela ne m'intéressait pas davantage.

 

Il ne restait que quelques jours avant le retour de Muriel.

 

Il faisait froid en ce mois de décembre. Il suffisait de souffler pour que de la buée se forme. Les jours passaient trop lentement dans l'attente du 21 décembre.

 

Ce que je ne savais pas, c'est si Muriel en Marguerite de Bourgogne me plairait autant que la princesse Annunciata. Car en infirmière blonde, Muriel m'avait moins convaincu. Je n'avais d'ailleurs pas fait de cahier avec les photos de Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange".

 

Il est vrai que Muriel en blonde désarçonne par rapport à la petite gitane de "La princesse du rail". J'ignorais à l'époque pour tourner la série d'Henri Spade, elle portait une perruque brune. Qui lui sauva la vie le jour où elle fit une chute de cheval pendant le tournage. Muriel n'était ni brune ni blonde mais chatain.

 

Mais au fond de moi, y-avait-il encore un doute ? Sincèrement non. Je portais une chevalière que mes parents m'avaient offert à Montligeon (près de Mortagne sur Perche en Normandie) et il était gravé "M" pour Muriel à l'intérieur.

 

annunciata episode17

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Samedi 16 décembre 1972

12 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour de déménagement qui restera celui d'une grande frayeur. Les déménageurs laissent ouvert l'ancien appartement et mon chien s'enfuit. Ce sera un moment de panique. Heureusement, il est retrouvé sain et sauf.

 

Un cousin installateur d'antenne TV doit venir s'occuper de l'électricité et de brancher la télévision. A 21h40, il y a "Amicalement vôtre" et il tarde à venir.

 

Finalement, il sera là à temps. Je peux regarder le dernier épisode de la première vague d'épisodes proposés, "Une rancune tenace", sans savoir que je le reverrai souvent, puisque dans les années 90, chaque samedi, M6 proposera des rediffusions en boucle des 24 épisodes de la série, chaque épisode repassant deux fois par an. Il se trouve que "Une rancune tenace" est devenu, avec l'épisode "La danseuse", mon aventure préférée du tandem Sinclair-Wilde.

 

Jean Piat, mais hélas pas Muriel, est présent à "Samedi soir", l'émission de Bouvard, pour présenter "Les Rois Maudits".

 

Je n'ai rien perdu l'après-midi, où à 16h40 était proposé le soporifique "Les fiancés".

 

Les programmes des fêtes sont constitués de quatre grands feuilletons : "Les gens de Mogador", "Les Thibault","Les rois maudits" et "Les aventures de Pinocchio" avec Gina Lollobrigida (parternaire de Muriel dans "Les sultans"). Les critiques de télé poche reprocheront ensuite ce choix, en expliquant qu'en période de fêtes, on se déplace et l'on ne peut suivre des feuilletons.

 

 vlcsnap-2012-11-18-18h04m51s223

Lire la suite

Vendredi 15 décembre 1972

11 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Ce soir-là, douzième et dernier épisode de "Sam Cade" dont le titre est "incarnation d'un tueur". L'ORTF a acheté 13 épisodes et le dernier, "Adieu au passé" sera diffusé deux mois plus tard le samedi après midi sur la première chaîne.

En fait, un nouveau policier va débarquer le 20 décembre puis tous les vendredis de janvier février 1973, le lieutenant Columbo.

 

Le feuilleton "Le fils du ciel" depuis le 14 a été remplacé par une émission animalière de 26 épisodes "Ces animaux qu'on appelle des bêtes".

 

Je passe sur cette médiocre et ennuyeuse série italienne "Les fiancés" même si les puristes hurleront car Alessandro Manzoni est certes un grand auteur.

 

A 19h30, huitième épisode de "Poigne de fer et séduction" : "Accident de chasse". Aucun souvenir, à part le générique et la musique élancées, de John Cameron et la chanson "Dans les rues et dans les avenues" de Tony Christie. A part cela, aucun intérêt. Le rôle de leur vie reste pour les héros Robert Vaughn et Nyree Dawn Porter Napoléon Solo pour le premier dans "Des agents très spéciaux", et pour la seconde Irène dans "La dynastie des Forsythe".

 

Si Robert Vaughn est toujours parmi nous, Nyree Dawn nous a quitté à 65 ans à Londres d'une leucémie, et le troisième acteur co-vedette de "Poigne de fer et séduction", Tony Anholt, aussi connu pour son rôle dans "Cosmos 1999" à 61 ans d'une tumeur au cerveau. Peut-être; quelque part sur la planète, y-a-il quelqu'un qui pense à eux aussi fort que moi à Muriel Baptiste ?

 

Encore que j'ai du mal à imaginer que quelqu'un puisse autant aimer une artiste disparue qui a été son amour d'enfance tout innocent.

 

Le 15 décembre 1972, j'étais avec mes parents dans les cartons, car c'était la veille d'un jour de déménagement. Le télévore que j'étais était assez inquiet de vite avoir la télé installée dans le nouvel appartement.

 

 

 

Et Muriel dans tout çà ? Le 15 décembre 1972, elle à Paris, dans son domicile du 24 rue Pigalle, jeune femme de trente ans, tout comme moi collégien de treize ans et amoureux fou d'elle depuis l'âge de sept ans et demi, nous attendions la même chose : la diffusion des "Rois maudits", elle pour mesurer sa performance et en recueillir les lauriers, orienter la suite de sa carrière, moi pour la découvrir en princesse de Bourgogne après avoir adorée des années la princesse de bohême de "La princesse du rail".

 

39 ans après, et peut être mille visions des "Rois maudits", il me semble que c'était hier.

 

Marguerite : - Eh bien qu'as tu mon beau Philippe, n'es-tu pas heureux de me voir ?

Philippe d'Aunay : - Je le suis madame. Ce nouveau présent, est-ce un nouveau galant ?

Marguerite : - Que tu es beau! Que tu me plais! Que tu es jaloux! Tu crois que c'est un présent d'amour ? Eh bien c'en est un à présent. Je te l'offre.

Blanche: "Marguerite, est-ce bien prudent ce que tu fais là?

Marguerite: - Pourquoi ? Personne ne sait de qui ces aumonières nous viennent. Il suffira d'avertir Jeanne.

 

muriel et philippe d'aunay-29721 1244034546847 1408878678 703559 3074913 n

 

 

 

 

 

Lire la suite

Jeudi 14 décembre 1972

11 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Ce jeudi-là, dans "Au cinéma ce soir", il y avait un spécial 1938 avec les actualités de l'époque, puis le film "La femme du boulanger" avec Raimu et Ginette Leclerc.

 

Fin sur la 2 de "Entrez sans frapper", le jeu de Bellemare et des frères Rouland.

 

La France se passionne, trois ans après les premiers pas de l'homme sur la lune, pour la mission Apollo 17. Que tout cela semble loin aujourd'hui.

 

Puisque l'acutalité de ce 14 décembre 1972 est faible en nouvelles de Muriel, j'ai décidé d'aborder le plus douloureux de la carrière de Muriel, la maladie qui a fait prendre du poids à l'actrice au point de lui faire abandonner sa carrière et d'organiser un black out autour d'elle afin qu'on ne la reconnaisse pas.

 

Lorsque l'acteur Jean-Marc Cozic rencontre Muriel à l'agence Publicom le 14 janvier 1982, elle se cache derrière des lunettes noires qui ne sont pas des lunettes de vue. Elle a pris environ 30 kilos. Elle porte une sorte de manteau qui lui protège le cou.

Quand Cozic demande pourquoi elle n'a pas continué après "Les rois maudits", elle lui répond : "J'ai été malade". Il a l'impression qu'elle a été opérée de la thyroïde.

 

Pourtant, Muriel va vivre jusqu'en 1995, ce qui veut dire que la maladie qui l'a frappée n'engageait pas le pronostic vital. Muriel est malade dès 1974. On le voit dans son avant-dernier tournage "L'affaire Bernardi de Sigoyer" où l'on constate qu'a trente ans et demi, son visage (deux ans après "Les rois maudits", est empâté.

 

1972

 

Margaritaborgona2

 

1974

 

BERNARDI 1

 

Alors, voici la piste la plus probable.

 

La thyroïdite de Hashimoto est une thyroïdite chronique auto-immune.

 


Le plus souvent le signe d'appel est l'apparition d'un goitre. Ce goitre est diffus, sa surface est le plus souvent régulière, sa consistance très particulière, "suiffée" ou "caoutchoutée" . Il n'y a pas de signes inflammatoires, ni adénopathies ni signes de compression. Parfois associé à une hyperactivité thyroïdienne temporaire. Il n'y a pas nécessairement, au début, de trouble de la fonction hormonale, mais la maladie évoluera toujours vers une hypothyroïdie avec des taux de T4 anormalement bas ainsi que des taux de TSH élevés.

 

La positivité à un taux élevé des anticorps anti-TPO est très évocateur de la maladie. Elle survient préférentiellement chez des sujets HLA B8DR3. Elle résulte de l'infiltration lymphoplasmocytaire de la thyroïde avec destruction des follicules juxtaposés.

Gravité

La thyroïdite de Hashimoto ne touche habituellement pas le pronostic vital, mais elle peut être associée à toute autre maladie auto-immune :collagénoseinsuffisance surrénalienne..., à un cancer de la thyroïde ou entraîner des complications cardio-vasculaires, et, dans ces cas, cette thyroïdite peut prendre un caractère de gravité.

 

(Source Wikipédia)

 

On sait par le témoignage d'une anonyme Victoria que Muriel a fait une retraite dans un cloître. Elle a prié pour que la maladie l'épargne et la ramène dans le monde de la lumière et des vivants. Elle n'a pas été entendue.

 

Lorsque j'ai demandé à un médecin ce qui avait pu affecter Muriel Baptiste, il a immédiatement cité l'hyperthyroïdie.

 

 

L'hyperthyroïdie : qu'est-ce que c'est ?

Lhyperthyroïdie désigne une production anormalement élevée d’hormones par la glande thyroïde, cet organe en forme de papillon situé à la base du cou, sous la pomme d'Adam . Il ne s’agit pas d’une enflure de la thyroïde, comme on le croit parfois.

La maladie se déclare habituellement chez des adultes âgés de 20 ans à 40 ans. Cela dit, elle peut survenir à n’importe quel âge, et on la voit aussi chez les enfants et les personnes âgées. Elle est moins fréquente que l’hypothyroïdie.

 

L'influence de la glande thyroïde sur l'organisme est majeure : son rôle principal est de réguler lemétabolismedes cellules de notre corps. Elle détermine donc la vitesse du « moteur » de nos cellules et organes et le rythme auquel seront utilisés les « carburants » : lipides (gras), protéines et hydrates de carbone (sucres). Chez les personnes en hyperthyroïdie, le moteur fonctionne en accéléré. Elles peuvent se sentir nerveuses, avoir des selles fréquentes, trembler et perdre du poids, par exemple.

Causes

Les principales causes

 

Maladie de Basedow ou de Graves.

 

C'est de loin la cause la plus fréquente d'hypethyroïdie (environ 90% des cas). Il s'agit d'une maladie auto-immune. Des anticorps stimulent excessivement la thyroïde à produire plus d'hormones. La maladie s'attaque aussi parfois à d'autres tissus comme ceux des yeux

 

Nodules thyroïdiens.

 

Les nodules sont des petites masses qui se forment dans la glande thyroïde en solitaire ou en groupe. Ce ne sont pas tous les nodules qui produisent des hormones, mais ceux qui le font (appelés "toxiques") peuvent entraîner une hyperthyroÏdie.

 

Thyroïdite.

 

Si une inflammation touche la thyroide, cela peut aussi causer un excès d'hormones thyroïdiennes dans le sang.

 

Souvent, on ne connaît pas la cause de l'inflammation. Elle peut être de nature infectieuse. Habituellement, la thyroïdite provoque une hyperthyroïdie de courte durée, la thyroïde retrouvant son fonctionnement normal après quelques mois, sans intervention. Des médicaments peuvent aider à soulager les symptômes en attendant que la maladie passe. La thyroïdite évolue vers une hyperthyroîdie permanente dans environ un cas sur dix.

 

Remarque. Certains médicaments, comme ceux qui sont riches en iode, peuvent entraîner une hyperthyroïdie temporaire. C’est le cas, par exemple, de l’amiodarone, prescrit dans certains cas d’arythmie cardiaque, et de produits de contraste iodés parfois injectés lors d’un examen de radiologie.

 

Complications possibles :

L'hyperthyroïdie provoque une accélération du métabolisme, donc une dépense accrue d’énergie. À long terme, une hyperthyroïdie non traitée augmente le risque d'être atteint d’ostéoporose, car l'absorption ducalciumpar les os est affectée. Le risque de développer un type d’arythmie cardiaque appelé fibrillation auriculaire augmente aussi.

Une hyperthyroïdie majeure non traitée peut conduire à une crise thyréotoxique. Lors d’une telle crise, tous les signes d'hyperthyroïdie se trouvent réunis et s’expriment à leur paroxysme, ce qui peut entraîner des complications graves, comme de l'insuffisance cardiaque ou un coma. La personne est confuse et agitée. Cette situation requiert des soins médicaux d'urgence.

 

(Source Passeportsanté.net)

 

En janvier 2006, le regretté Henri Spade, au téléphone, m'affirmait que Muriel avait mis fin à sa carrière en raison de son mauvais caractère qui l'avait rendue tricarde partout auprès des metteurs en scène.

 

Pour cela, il se fiait à sa mauvaise expérience avec Muriel sur le tournage de "La princesse du rail", Muriel n'ayant pas accepté d'attendre pour que les caméras tournent et étant partie faire une balade à cheval de deux heures.

 

Mais Spade se trompait, c'est la maladie (Une saloperie genre la maladie de Basedow) qui a brisé la carrière de Muriel. Quant à la thèse du suicide, elle est contestée par les voisines de Muriel. Muriel en 1995 était très malheureuse et alcoolique. Avec sa carrière fauchée et la mort prématurée de Jérôme, son demi-frère, le 13 octobre 1991, Muriel avait de quoi sombrer.

 

XXX, la meilleure amie de Muriel, m'avait parlé de ce soucis de l'actrice envers son frère. XXX ne veut plus être mêlée à mes travaux biographiques sur Muriel Baptiste, c'est pourquoi je l'appelle ainsi. Tous les fans de Muriel savent de qui il s'agit.

Avec l'alcool, Muriel tomba malade et nous quitta. Mais à ce jour, personne ne peut affirmer la thèse du suicide. Sauf à considérer l'alcoolisme comme un suicide à petit feu.

 

Quel gâchis.

 


 

 

 

 


Lire la suite

Mercredi 13 décembre 1972

10 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

"Les globe-trotters"  tirent leur révérence avec "Le barrage", le dernier épisode, encore frais dans ma mémoire (vu en décembre 1967) avec une scène marquante : le "méchant" tombe du haut de l'édifice d'un barrage et Bob Curry (Edward Meeks) dit "C'est le barrage qui l'a puni".

 

a 21H40, avant dernier épisode de "Amicalement vôtre": "Minuit moins huit kilomères". J'y découvre pour la première fois qui est l'actrice Joan Collins qui sera plus tard la vedette de "Dynastie".

 

Mais ce jour là, l'évènement est le Télé Poche de la semaine suivante avec ENFIN le retour de Muriel, pas vue depuis la fin des "Dernières volontés de Richard Lagrange" en juillet. Soit exactement six mois.

 

Et là, je tombe dans l'émerveillement total. Voici les quatre pages que je découvre.

 

 

LE-ROI-DE-FER-2.jpg

 

 

LES-ROIS-MAUDITS-4.jpg

 

Je vois pour la première fois de nombreux acteurs, sauf Jean Piat que je connais depuis "Lagardère" (1967).

 

Pour Catherine Hubeau, Télé Poche s'est visiblement trompé, ce n'est pas elle sur la photo.

 

Quant à Muriel, sa pose sur la photo la rend un peu difficile à reconnaître. C'est à partir de là que je vais cesser d'appeler mon actrice favorite "La princesse du rail" et me mettre à l'appeler "Muriel".

 

La voilà telle que je l'ai connue en février 1967.

 

Annunciata 22 février 1967

 

En juillet 1972, je l'ai retrouvée en infirmière blonde

 

Encore avec Paulette Dubost

 

 

Voici donc le troisième visage que je découvre, une jeune femme dont j'ignore à l'époque qu'elle a 29 ans.

 

Photo inédite Muriel Le roi de fer

 

Le 21 décembre, je serai seul avec ma grand mère : je devrai donc imposer "Les rois maudits" face à "Pinocchio" avec Carlo Manfredi sur la première chaîne. L'affaire est dans le sac.

 

Il me reste maintenant à patienter pour découvrir ces fameux "Rois maudits" et je vais trouver la semaine longue.

 

Je vais vite continuer une pratique que font tant de jeunes à l'époque, découper et coller sur des cahiers tout ce que je trouve sur "Les rois maudits". J'ai déjà fait un cahier semblable avec la rediffusion de "La princesse du rail". Plus tard, beaucoup plus tard, je commanderai à Télé Poche, au 101 rue Réaumur, les numéros pour les conserver intacts.

 

 

 

Lire la suite

Mardi 12 décembre 1972

10 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Veille du jour où Télé Poche N°357 va révéler ce que nous allons voir dans "Les Rois maudits", avec une photo de Muriel dans la présentation. Je la montrerai dans ma prochaine chronique.

 

Je me souviens avoir vu ce mardi là "Les dossiers de l'écran" et découvert l'existence de Rudoph Valentino. Le film qui illustrait les dossiers était "Rudolph Valentino, le grand séducteur", de Lewis Allen (L'un des metteurs en scène de la série "Les envahisseurs") avec en vedette un sosie de Valentino, Anthony Dexter. Dans le film, Valentino reçoit un coup de poing d'un journaliste alors qu'il a une appendicite aïgue et en meurt.

 

Jeune, ces images m'avaient marqué.

 

Je me souviens que "Télé Poche" sortait le mercredi (Les abonnés l'avaient avant). En général, je me le procurais le jour de sa sortie. J'ai continué à acheter ce magazine jusqu'au début des années 90. Sa conception a complètement changé à partir du moment où il y a eu de multiples chaînes à présenter.

Pour revenir à 1972, j'allais très vite me procurer aussi les anciens numéros de Télé 7 jours consacrés aux "Rois maudits", puis, à partir de septembre 1973, j'achéterai ensemble chaque mercredi les deux revues.

 

Dans "Les indiscrétions d'Aglaé", Télé Poche présentait la semaine du 9 au 15 décembre le tournage du feuilleton "La ligne de démarcation". On parle aussi de Christian Barbier, de Yoko Tani la vedette du feuilleton "Le fils du ciel", de la chanteuse Anne Marie David (qui à cette époque là ressemblait un peu à Muriel), ainsi que de Jean-François Calvé à propos du feuilleton "Le journal d'une femme". Calvé sera Bernardi de Sigoyer avec Muriel, et Barbier "L'homme du Picardie", alors célébré pour le téléfilm "Le grillon du foyer"  sera le rebelle flamand Artevelde dans "Le lis et le lion", le sixième et dernier épisode des "Rois maudits".

 

les templiers

Lire la suite

Lundi 11 décembre 1972

9 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

A Miditrente, l'émission de Danièle Gilbert, Adamo était l'invité de la semaine et venait présenter son album sans tube, dont il n'a extrait qu'un 45t "Crazy Lue".

 

Je pense que passé le septième épisode de "Poigne de fer et séduction" à 19h30, "L'accident", nous n'avons rien regardé. Mes parents n'aimaient pas Chancel - Nous avons rarement regardé "Le grand échiquier" à part celui consacré à "Tolomei"/Louis Seigner, et sur la 2, il y avait "Au théâtre ce soir" : Noix de Coco, avec Jean Richard.

 

J'ai vu quelques pièces comme "Un ami inattendu" avec Dominique Paturel, mais qui relevaient du genre policier. Pas du théâtre de boulevard.

 

Comme le feuilleton "Les évasions célèbres" n'était remplacé par rien, on a dû éteindre le poste.

 

Tandis que j'attendais "Les rois maudits", on parlait beaucoup de la 3e chaîne (Nous l'avons reçue en février 1974, juste à temps pour voir Muriel en mars 74 dans "L'affaire Bernadi de Sigoyer"). Elle allait commencer à émettre le 31 décembre 1972 mais sur une petite partie du territoire. C'était une autre époque

 

La carte de France de l'implantation de la 3e chaîne dans Télé Poche a de quoi faire peur.

 

Au 1er janvier 1973, Paris, seuls Paris, Lille, Nancy et Strasbourg la captaient.

 

Au 1er juillet 1973, il y avait  en plus Lyon et Marseille.

 

Au 1er janvier 1974, ma région (Montélimar), toute l'Aquitaine et Midi Pyrénées, Nantes, Vannes, Clermont Ferrant, St Etienne, Dijon.

 

Au 1er juillet 1974, Cannes, Grenoble, Chambéry, Nantes, Angers, Caen, Rouen, Le Mans, Reims.

 

Autant dire que j'ai été chanceux d'habiter Montélimar pour voir le 6 mars 1974 Muriel dans "L'affaire Bernardi de Sigoyer", à une époque où une bonne partie de la France n'était pas équipée.

 

La Corse, elle, était prévue...en 1977.

 

Une photo de Muriel dans Bernardi de Sigoyer que peu de gens ont vu à l'époque.

 

sigoyer1.png

Lire la suite

Dimanche 10 décembre 1972

9 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Je me souviens ne pas avoir regardé le film du dimanche soir, "Khartoum" avec Charlton Heston, qui finissait beaucoup trop tard (22h50). La tolérance de mes parents ne dépassait pas 22h20.

Les programmes du dimanche sur la 2e chaîne étaient d'un ennui à se pendre. Je ne vous mens pas. A 12j30, "On en parle", une émission de Jacques Chabannes qui recevait Ionesco et Hervé Bazin. Le JT "INF 2 Dimanche" durait de 13h00 à 14h10. Suivaient: : un concert symphonique de Bach (14h10 à 14h30), un vieux film américain, "Ainsi sont les femmes" de 1948 avec Elisabeth Taylor (14h30 à 16h20), un documentaire "Du moyen âge à la renaissance" (30 minutes) puis un jeu "On ne peut pas tout savoir, à 18h00 Télé Sports, re documentaire à 19h30 "Caméra au poing", après le JT du soir, un documentaire....sur la culture du vers à soie! AU THEN TIQUE ! A 21h20, encore un documentaire sur les moines de Tournay. Préparez la chaise et attachez la corde, JT de la nuit à 22h45 suivi du ciné club avec un film de Michel Mitrani, "La nuit bulgare" (1969) avec Charles Vanel.

 

Mitrani est celui qui a fait tourner en 1971 à Muriel Baptiste "La cavale", d'après le roman d'Albertine Sarrazin, et a coupé toutes ses scènes au montage.

 

La seule chose regardable était le feuilleton western de la 1ere chaine, "Les Monroe", l'épisode (Je jure ne pas l'avoir fait exprès) s'appelait "L'arbre des pendus". En fait, c'est le type qui a regardé tous les programmes de la 2e chaîne qui risquait fort se pendre.

 

Autant dire un dimanche sans télé.

 

Dans son journal sorti de façon posthume, l'écrivain Jean-Patrick Manchette dit avoir regardé "Le merdeux Khartoum". Il déclare aussi : "La seconde chaîne est complètement en panne et entreprendrons demain de la faire réparer". L'heureux homme !

 

Mais Manchette et moi n'avons pas les mêmes goûts, il n'a pas regardé "Les rois maudits", d'ailleurs il n'a tenu son journal ensuite que le 15, 20, 23 et 26 décembre 1972.

 

Lorsque j'ai acheté son journal 1966-1972, je m'attendais à ce qu'il parle un jour où l'autre de Muriel, mais ce n'est pas le cas.

 

Infirmière blonde

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>