Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste
Articles récents

Mercredi 5 juin 1974

3 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel ne s’est lié d’amitié qu’avec une seule artiste au cours de sa carrière : Annie Sinigalia.

A « Miditrente », Jean Nohain reçoit Patachou et Yvette Horner.

Sur la 2, à 15h15 commence la rediffusion de la première série des « Monroe » que je n’avais pas vue, car elle avait été programmée sur la 2e chaîne à partir du 18 juillet 1970. Or, je n’ai eu un poste pouvant capter la 2e chaîne qu’en janvier 1970. Le premier épisode s’appelle « Les intrus ». C’est à la fois une série western et familiale, relatant l’histoire de cinq orphelins. De la distribution, une seule comédienne est devenue une grande vedette, Barbara Hershey.

Le 3 avril, en raison de la mort de Pompidou, « Cannon » avait été déprogrammé. Le cinquième épisode « Le magicien » est donc diffusé ce 5 juin, reporté en fin de série après le treizième, « Le testament de la mort ».

Cette-fois, c’est vraiment le dernier épisode, Télé Poche annonce pour la semaine suivante « Nouvelles de Somerset Maugham ».

Le soir, rien d’intéressant, « Les trois vérités », « La charge de la 8e brigade » et « André Malraux : Les métamorphoses du regard ».

Mercredi 5 juin 1974
Lire la suite

Mardi 4 juin 1974

2 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Je n’ai pas reconnu Muriel sur une photo de classe à l’âge de neuf ans.

A « Miditrente », Jean Nohain, vedette de la semaine, reçoit Line Renaud et Aimable.

Retour au collège où j’ai dû parler de ma cousine Patricia à Francis. En fait, tant d’années ont passé que je ne m’en souviens pas. J’ai dû lui dire que j’avais raté « L’homme de Vienne ».

Il n’y avait rien à la télé : « La piste aux étoiles », « Le trésor de la Sierra Madre » aux « Dossiers de l’écran », et sur la 3 « Je m’appelle comment ? » avec Rosy Varte.

Mardi 4 juin 1974
Lire la suite

Lundi 3 juin 1974

2 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Henri Spade m’a déclaré en janvier 2006 que Muriel Baptiste a compter de 1974 était devenue « tricarde » dans le métier et que plus aucun metteur en scène ne voulait l’employer.

Troisième et dernier jour avec Patricia (voir l’autre photo que je possède d’elle, j’en ai seulement trois).

Je ne me souviens pas à quelle heure la famille (Patricia surtout) est partie.

Pendant de longues années, j’ai pensé à elle à cette belle occasion manquée (peut-être) d’avoir mon premier flirt voire plus.

Je ne pense pas que nous ayons regardé la télévision ce jour-là, à part peut être sur la 21h35 « Le défi » dont l’invité était Patrick Topaloff.

C’était enfin le dernier épisode de « La maison des bois », particulièrement soporifique.

Lundi 3 juin 1974
Lire la suite

Dimanche 2 juin 1974

1 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel voulait devenir journaliste mais n’a pu faire l’école de journalisme.

Je pense que nous avons fêté l’anniversaire de Patricia ce dimanche (voir photo). De gauche à droite : Ma mère, moi, Patricia cheveux longs soufflant la bougie du gâteau, Gilberte, ma grand-mère, Maurice V., Micheline V., Alice R. sœur de ma grand-mère. J’ai une deuxième photo où je suis à la hauteur de Patricia que je mettrai demain.

La première chaîne avait le son en panne. Ce problème datait de début 1974, un soir où en regardant « Banacek » que j’ai évoqué sur le blog, un orage avait éclaté. Il avait touché l’antenne, et souvent le son de la première chaîne était défaillant.

Nous n’avons pas regardé le documentaire « La grande barrière de corail » de Pierre Levie (1967) à 14h25 sur la 2, qui remplaçait le traditionnel film de la 2.

Or, à 17h15, il y avait le quatrième épisode de « L’homme de Vienne » sur la première chaîne, « Double jeu ». La télévision étant en panne, Alice R., ma tante, qui louait un appartement au centre ville nous donna la clé à Patricia et moi pour aller le regarder.

J’ai alors fait la plus grande bêtise de ma vie, enfin, je ne le saurais jamais. Nous étions seuls, Patricia et moi, et avions un appartement à notre disposition, et la liberté.

Nous nous rendîmes en ville et Patricia me parla de « mes petites chéries ». Elle ignorait que j’étais puceau. J’étais troublé, et finalement nous sommes allés nous promener en passant devant l’appartement de la tante, sans regarder « L’homme de Vienne ». Je verrai l’épisode « Double jeu » un an plus tard dans « Samedi est à vous ».

Patricia sans lui manquer de respect était une jeune fille dans toute sa splendeur, et je ne saurai jamais, si je m’étais montré entreprenant, si elle m’aurait dit oui ou non. Je ne l’ai jamais revue et j’ai su qu’un an plus tard, elle était mariée à un rugbyman.

Cette Pentecôte 1974 restera mémorable : peut-être une grande occasion manquée, et qui ne fut pas près de se représenter avec une autre fille car j’étais timide.

C’est bien joli d’être amoureux fou de Muriel Baptiste, mais si c’était à refaire, je crois que j’aurais dans la mesure des limites de ma timidité fait comprendre à Patricia qu’elle ne m’était pas indifférente.

Cela restera l’un des plus grands regrets de ma vie.

Je ne me souviens pas si le soir, la famille regarda le film du dimanche soir, « La Comtesse de Hong-Kong » de Charlie Chaplin avec Marlon Brando et Sophia Loren.

 

Dimanche 2 juin 1974
Lire la suite

Samedi 1er juin 1974

29 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel avait l’habitude de chantonner (sans les paroles) un air d’Al Martino datant de 1968, « Love is blue ». Le morceau a été repris en version orchestrale par Paul Mauriat sous le titre « L’amour est bleu », titre également choisi pour une chanson de Vicky Léandros. Sylvie Vartan l’a repris en 1974 sous le titre anglais.

Ce week-end de la Pentecôte voit arriver de la famille éloignée : La famille pied noir maltaise B… Il s’agit de Georges (que je reverrai en août 1975 à Paris), de sa seconde épouse Gilberte (qui reviendra à Montélimar en juillet 1976), et la fille du frère de Georges, Patricia B. qui fut élevée par lui car il ne pouvait pas avoir d’enfants. Son frère, si je me souviens bien, avait d’autres enfants.

Dès le début, j’ai sympathisé avec Patricia, qui allait fêter ses 17 ans ce week end. C’était une fille sympathique, gentille, jolie, et je n’avais pas l’habitude de rencontrer des filles, mon seul et meilleur ami au collège étant Francis.

Je me souviens qu’elle avait un foulard sur la tête, et (mais sur le moment, je ne l’ai pas réalisé) était particulièrement sexy. Elle avait une belle poitrine.

Nous avons joué à des jeux de société, l’après-midi après « Amicalement vôtre », 20e épisode « Un petit coin tranquille » que je pus voir, nous avons été au centre ville et elle m’offrit (elle ou les adultes qui l’accompagnaient) le 45 tours de Abba, « Waterloo ». Je me souviens avoir parlé avec Patricia de « Destination danger », qu’elle n’aimait pas, du « Prisonnier » (autre série avec Patrick Mc Goohan), et enfin de « Kung Fu » qu’elle aimait bien. Elle me raconta avoir donné une gifle en classe à un étudiant pro-hitlérien qui se félicitait du génocide des juifs.

En raison de la présence de famille à la maison (vinrent se joindre à nous des cousins de Salon de Provence, Maurice et Micheline V., j’ai moins regardé la télévision ce week-end là.

Télé Poche mettait Philippe Bouvard en couverture et Télé 7 jours Giacomo Agostini.

Christine Wodedzky (1938-2004) était en photo couleurs page 2 pour « Les faucheurs de marguerites », feuilleton diffusé sur la 3e chaîne à 18h50 en semaine mais que je ne regardais pas. Je ne sais si je me souvenais (probablement pas) que Christine jouait la rivale de Brigitte Fossey dans « Les gens de Mogador », Alice Frauenhöfer, qui se faisait épouser de Numa/Paul Barge.

Pas de Muriel Baptiste à l’horizon. « Les indiscrétions d’Aglaé » parle du Cardinal Daniélou, d’Anne Lonnberg, de la production de la saga « Le pain noir » de Serge Moati avec Henri Virlojeux, dont la diffusion est prévue pour les fêtes de fin d’année 1974.

Télé 7 jours consacre ses articles à Giacomo Agostini, Catherine Rouvel, Christine Lausanne, Frédéric Rossif, Vera Feyder, Sophia Loren, Shirley Mac Laine, Gilles Perrault, Robert Charlebois, Norma Benguel, Juan-Luis Bunuel, Thierry Le Luron, Tony Curtis, Jean Piat, Bibi Anderson, Anny Duperey, Monica Vitti, Marcel Pagnol (hommage), « La maison des bois » (article sur les jeunes comédiens du feuilleton), le face à face Valéry Giscard-d’Estaing-François Mitterrand.

En raison de la présence de famille à la maison, je ne pense pas que l’on ait regardé « La Une est à vous ». On pouvait y choisir entre « Mission Impossible » ou « Les mystères de l’ouest », « Zorro » ou « Le roi des celtes », « Flipper le dauphin » ou « Les globe-trotters », « Au nom de la loi » ou « Chaparral », « Mannix » ou « Sam Cade », « Vidocq » ou « Les évasions célèbres ».

Comme Patricia aimait « Kung Fu », on a dû regarder le huitième épisode de « Kung Fu », « La mante religieuse ». Je ne me souviens pas si l’on a regardé ou non le « Top à Jacqueline Maillan » qui précédait. En effet, en famille, on parlait.

Philippe Bouvard reçoit à « Samedi soir » Sylvie Joly, Pierre Péchin, Jacques Faizant, José Artur, Patricia Coquet, Roger Borniche, René Girier.

Voici une photo prise au jardin public de Montélimar ce jour-là, on y voit de gauche à droite : Georges, Patricia en foulard, T shirt bleu et collier, blue jean, moi en cheveux longs et lunettes de soleil, Gilberte.

Samedi 1er juin 1974
Lire la suite

Du 27 au 31 mai 1974

28 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Lundi 27 mai

 

L’anecdote du jour : « Quelle famille », le premier feuilleton de Muriel Baptiste, dont l’INA n’a conservé qu’un épisode sur les vingt-six, a été rediffusé en toute discrétion en 1971 sur la 2 vers 18h00.

Les Compagnons de la Chanson sont les invités vedettes de la semaine.  Pour leur première émission, ils ont convié les petits chanteurs à la croix de bois.

Les oisifs peuvent voir à 14h25 un navet avec le chanteur Pierre Perret piètre acteur dans « Les patates ».

J’ai vu ce film, sans doute pas à cette occasion, et il est effectivement très mauvais.

Il faut encore supporter « La maison des bois » le lundi soir, sixième épisode sur sept, ouf c’est bientôt fini !

Sur la 2, à 21h35, on devait voir le jeu des frères Rouland « Le défi », avec comme invités Jacques Faizant et Jean-Marie Proslier. L’émission est remplacée par une visite du palais de l’Elysée.

Un lundi télévisuel très oubliable.

 

Mardi 28 mai

 

L’anecdote du jour : Muriel avait un demi-frère dont elle a parlé une fois à Annie Sinigalia. Elle se plaignait d’avoir de gros problèmes avec. A son amie, elle a parlé d’un frère et non d’un demi-frère, mais elle était si fantasque qu’Annie Sinigalia ma dit « Ce frère, elle l’avait peut-être inventé ».

Les Compagnons de la Chanson ont invité à « Miditrente » Georges Sampa et une chanteuse italienne à la carrière éphémère, Gilda Giuliani.

Les dossiers de l’écran sont consacrés à la résistance illustré par le film d’Alexandre Astruc « La longue marche ».

Sur la Une, il y a un show Tom Jones, plus exactement une comédie musicale, « Special London Bridge ».

Rien sur la 3, une dramatique avec Jean-Pierre Andréani, « Sont-ils venus ce soir ? ».

 

Mercredi 29 mai

 

L’anecdote du jour : En 1968, Muriel Baptiste a bien cru qu’elle allait changer de métier, étant au chômage plus d’un an.

Chez Danièle Gilbert, Les compagnons de la chanson ont invité Claude Cédric.

A 15h15, sur la deux,  treizième et dernier épisode de « Daktari », « La grande soif ».

Nous disons adieu à Cannon avec le 13e épisode de la seconde série : « Le testament de la mort » à 19h40 sur la 3. Ces treize épisodes seront rediffusés sur Antenne 2 en 1975 après « Aujourd’hui madame ».

Il n’y avait rien d’intéressant le soir. Du football sur la 2, « Les grandes batailles du passé » sur la 3, tandis que la première chaîne propose un téléfilm de Roberto Rossellini, « Blaise Pascal », avec Pierre Arditi.

 

Jeudi 30 mai

 

L’anecdote du jour : Muriel était terrorisée par Jean Marsan qui ne cessait de l’observer durant la retransmission en direct de sa pièce « Zoé ».

A « Miditrente », les compagnons de la chanson ont invité Martine Lepage.

Je rate, étant au collège, le 18e épisode de « Amicalement vôtre », « Le lendemain matin », cet épisode ne sera rediffusé qu’en juillet 1976 par Antenne 2 un dimanche après-midi, on le reverra pas dans « La Une est à vous » à la rentrée.

Le soir, les invités vedettes de Guy Lux à « Domino » sont Rika Zaraï et Serge Lama.

 

Vendredi 31 mai

 

L’anecdote du jour : Sans le savoir, début 1967, sur le tournage du « Corso des tireurs, Muriel s’est trouvé aux côtés d’un dangereux collaborateur nazi, Ange Bastiani, auteur et acteur de ce téléfilm. Il s’appelait en réalité Victor Lepage et a échappé à l’épuration pour mourir tranquillement dans son lit en 1977.

A « Miditrente », les compagnons de la chanson ont invité Pascal Danel. Ce dernier tentait de se relancer en 1974 avec la chanson « Rotterdam » et la sortie d’un album 33 tours.

Je retrouve à 15h15 sur la 2 le 19e épisode de « Amicalement vôtre », « Le coureur de dot ». Mes parents m’annoncent que l’on attend de la famille pour le week-end de la Pentecôte qui arrive et que je ne pourrais peut-être pas regarder la télévision.

C’est le soir sur la Une déjà la douzième épisode de « Suspense », « Une bonne plaisanterie », dont la vedette est Myrna Loy. J’avoue ne pas me souvenir de l’épisode.

Le moi de mai se termine sans que Muriel ait montré le bout de son nez. J’ignore que le week-end qui arrive sera pour moi mémorable et que je m’en souviendrai durant des années.

Du 27 au 31 mai 1974
Lire la suite

Dimanche 26 mai 1974

26 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel Baptiste n’a parlé qu’une fois du divorce de ses parents dans un Télémagazine de juillet 1972 à l’audience confidentielle (face à Télé Poche et Télé 7 jours).

Je me souviens avec mon petit magnétophone avoir enregistré sur cassette pour mes parents les chansons du film de la 2 à 14h30, « Sérénade au Texas », avec Luis Mariano. Le film a été réalisé par Richard Pottier en 1958 sur une musique de Francis Lopez. Le tandem vedette du film est Luis Mariano et Bourvil.

Chez Michel Drucker, l’invité vedette est Jean-Louis Trintignant.

Il me semble qu’après Luis Mariano nous avons dû aller promener et profiter de la campagne.

Je suis incapable aujourd’hui de dire, tant d’années après, si j’ai pu ou non voir le film du dimanche soir, « La rançon » avec Glenn Ford.

 

Dimanche 26 mai 1974
Lire la suite

Samedi 25 mai 1974

25 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel dès 1965 dans Télé 7 jours révélait qu’elle avait été élevée dans des pensionnats en France et en Angleterre, alors qu’elle fut discrète sur d’autres sujets de sa vie privée.

Jacqueline Alexandre fait la couverture de Télé 7 jours. Ce magazine consacre ses articles et photos à Henri Salvador (deux pages), Arlette Didier, Philippe Clay, Bruno Pradal, Josy Andrieu, Raymond Devos, Tom Jones le crooner, Michel Fugain dont on fête les 32 ans, Robert Conrad, Philippe Leroy, Pascale Audret.

Le plus intéressant ce samedi est à 15h15 sur la 2 avec le 17e épisode de « Amicalement vôtre » et l’un des meilleurs : « Un ami d’enfance ».

Dans « La Une est à vous », on peut choisir entre : catégorie Aventures : « Les mystères de l’ouest » ou « Mission Impossible », Feuilletons historiques : « Vidocq » ou « Les évasions célèbres », Policier : « Sam Cade » ou « Mannix », Pour les jeunes : Inédits « Le roi des celtes » ou « Fooly foot », à revoir : « Flipper le dauphin » ou « Ne mangez pas les marguerites », Western : « Chaparral » ou « Au nom de la loi ».

On note un manque de renouvellement dans l’émission au niveau du choix des séries.

Après un « Top à Raymond Devos », c’est le septième épisode de « Kung Fu », « La marée ».

A « Samedi soir », Bouvard reçoit Louis Doucet, Jean-Louis Barrault, Hervé Mille et Sylvia Kristel.

Samedi 25 mai 1974
Lire la suite

Du 21 au 24 mai 1974

19 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Mardi 21 mai

 

L’anecdote du jour : Le tournage de « Un curé de choc » a eu lieu à l’automne 1973, ce qui est vague, et ne permet pas de savoir si ce fut tourné avant ou après « L’affaire Bernardi de Sigoyer ».

A « Miditrente », Michel Delpech reçoit Dick Annegarn.

Je pense que ce mardi-là, nous avons regardé la première chaîne avec « Les grands moments de Dimanche Salvador », et non le film des « Dossiers de l’écran », « Louis II de Bavière ».

En cette période de fin de carrière de Muriel, j’avoue que je peine à trouver des souvenirs ou anecdotes.

 

Mercredi 22 mai

 

L’anecdote du jour : j’ai cru un jour voir Muriel Baptiste à la télévision dans la bande annonce d’un film à sortir, « Salut l’artiste », avec Jean Rochefort. Plus tard, j’ai vite su que je me trompais, c’était Evelyne Buyle. Je peux dire que ce jour-là, mon cœur s’est mis à battre à tout rompre pour rien au final. Je voyais Muriel partout.

A « Miditrente », Michel Delpech reçoit Didier Marouani.

A 15h15, douzième épisode de « Daktari », « Judy et le vautour ».

Seul autre programme intéressant, sur la 3, à 19h40, le douzième épisode de « Cannon », « Secret professionnel ».

Le soir, il y avait « Le grand échiquier » (Une), le film « La fureur des hommes » (deux), « Les dossiers noirs » (trois).

 

Jeudi 23 mai

 

L’anecdote du jour : Muriel Baptiste a passé beaucoup de temps durant le tournage de « La princesse du rail » à attendre dans une ferme à Brioude où la production la logeait.

A 12h30, Michel Delpech reçoit Joël Daydé, le créateur de « Mamy Blue » repris par Nicoletta.

C’est un jour férié, celui de l’Ascension, et je peux voir le quinzième épisode de « Amicalement vôtre », « Formule à vendre », à 15h15 sur la 2.

Le soir, dans « Domino », Guy Lux donne un coup de chapeau à Mireille Mathieu alors en pleine gloire.

 

Vendredi 24 mai

 

L’anecdote du jour : Après le 24 juillet 1974, jour de diffusion de « Un curé de choc », Télé Poche et Télé 7 jours n’ont plus jamais parlé de Muriel Baptiste.

A « Miditrente », Michel Delpech reçoit la chanteuse allemande Renata.

Puis à 15h15, c’est le seizième épisode de « Amicalement vôtre », « Regrets éternels ».

Dans le onzième épisode de « Suspense », « Les filles de Joshua Cabe », l’actrice Lesley Warren que l’on voyait en 1973 sur la Une dans « Mission Impossible » incarne une prostituée, une fille de saloon, Mae.

Si en 1973, j’étais fou d’un amour platonique pour Muriel Baptiste, l’année 1974 voit arriver l’éveil de mes sens. Lesley Warren n’y est pas étrangère. Par la suite, elle fera carrière sous le nom de Lesley Ann Warren.

L’aguichante Lesley développe en moi des choses différentes de l’amour platonique pour Muriel. Il n’est évidemment pas ici question de passion. La nature a fait son œuvre. Déjà, le dimanche de la semaine dans « L’homme de Vienne », l’actrice Janaire à demi-nue m’avait troublé. Quinze jours plus tard, on pourra le lire sur le blog, je ferai la connaissance d’une troublante cousine que je n’ai vue qu’une fois dans ma vie. Je regrette bien aujourd’hui de n’avoir pas franchi le cap du fantasme à la réalité, ce qui aurait été sans doute possible avec elle, enfin, je ne le saurai jamais.

Du 21 au 24 mai 1974
Lire la suite

Lundi 20 mai 1974

18 Mai 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Le dernier tournage de Muriel Baptiste eu lieu en novembre 1973 (« L’affaire Bernardi de Sigoyer »).

A « Miditrente », Michel Delpech est l’invité de la semaine de « Miditrente », il aurait dû l’être du 22 au 28 avril mais cela fut annulé en raison de la campagne présidentielle. Pour sa première émission, il reçoit Yves Simon.

Les oisifs peuvent voir à 14h25 la comédie « Moi et les hommes de 40 ans » avec Dany Saval.

A 21h35, sur la deux, une nouvelle émission de Catherine Anglade débute, « Sans tambour ni trompette », cela finissait à 22h15, je ne me rappelle pas si l’on regardait.

Sur la première chaîne, après le mélodramatique « Nans le Berger », je suis certain que l’on a évité « La maison des bois ».

Lundi 20 mai 1974
Lire la suite