Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste
Articles récents

Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin

8 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #MATCH CONTRE LA VIE

 

Ce match repousse à 16h35 le trentième et dernier épisode de "Match contre la vie" : "L'assassin". Aux USA, sur NBC, c'est le 53e épisode, "The assassin", 23e de la saison 2. C'est une formidable conclusion pour la version française. Paul apprend par le docteur Mason, qui a diagnostiqué sa maladie, qu'un autre homme est atteint de la même affection rare : un certain Bill Dagen (Arthur Hill). Il veut tenter un traitement. Mais Dagen n'a qu'une idée en tête : tuer Phil Colby (Harold Gould) qu'il hait depuis des années. Celles du collège. Colby et des amis ont bouclé hors de sa chambre Dagen. Ce dernier, en voulant réviser, a tenté de rentrer dans sa chambre par l'extérieur mais fait une chute qui l’a laissé handicapé. Il devient invalide et ne peut présenter ses examens. Depuis ce temps-là, il a juré de tuer Colby. La police et Paul vont réussir à l'en empêcher juste à temps. Et c'est la dernière phrase de la série : Dagen dit que de toute façon il va mourir, et Paul lui répond : "Oui, mais moi, il me reste une chance".

 

Pourtant, les aventures de Paul Bryan ne sont pas terminées, reste deux épisodes à diffuser, le samedi 9 juin 1973 en soirée avec l'épisode "La princesse", et le 23 juin 1973 "Le scandale". ce seront les toutes dernières apparitions de Paul à la télévision française.

 

Voici un résumé détaillé de l’épisode :

 

 

À San Francisco, Paul essaie de voir Bill Dagen qui ne répond pas lorsqu’il frappe à sa porte. La logeuse dit qu'elle n'a pas vu son locataire depuis un moment, et Paul force la porte, disant qu'il craint que Dagen souffre de dépression, et soit peut-être blessé.

 

L'appartement est vide, mais ils découvrent une cache d'armes à feu. Dagen arrive, et se dispute avec la logeuse au sujet des armes qui, selon lui, sont parfaitement légales, mais elle lui dit de partir.

 

Paul explique qu'il est venu à la demande du Dr Mason qui a découvert que tous deux souffrent de la même maladie incurable. Il dit que le médecin pensait qu'il pourrait aider Dagen et avoir trouvé un remède. Dagen s’en moque, disant que Paul a bien sûr l'argent qui lui permet de profiter du temps qui lui reste. Mais Dagen ajoute que, bien que l’épreuve a été difficile à vivre, il a trouvé un moyen de donner  un sens au temps qu'il lui reste, déclarant qu'il a l'intention de tuer Phil Colby,

 

il ajoute qu'il n'y a rien ou n'importe qui puisse pour l'arrêter. Paul répète à son ami Jim Seaborne, de la police de San Francisco, cette menace, mais Jim déclare que Dagen est un illuminé inoffensif. Il s’adresse alors à la cible de Dagen, Colby.

 

Colby affirme qu’il ne l’a pas vu depuis le collège, mais Dagen continue de raconter une blague d'étudiant où Colby et des comparses l’ont verrouillé  hors de sa chambre avant des examens importants lorsque lui, le meilleur élève, voulait désespérément étudier ses notes.

 

La réaction de Dagen a été d'essayer d'entrer dans sa chambre à travers une fenêtre du deuxième étage, mais une chute de la corniche étroite l’a envoyé à l'hôpital pendant deux ans. Il n'a jamais obtenu son diplôme, et s'est retrouvé avec une invalidité permanente. Colby semble considérer l'événement comme une chose insignifiante dont il n’est pas responsable, et rejette l'idée qu'il soit en danger. Mais lorsque Paul lui parle de l'arsenal de Dagen, Colby est indigné que la police n’aille pas l’arrêter. Jim explique que Dagen niera les accusations, et tout ce que les policiers pourront faire est de l’interroger et de le mettre en garde à vue une journée. Colby affirme qu'il fera l'objet d'une protection privée, et Jim dit que c'est son droit de le faire.

 

Lorsque Paul et Jim sortent de la société de Colby, ils repèrent Dagen attendant à l'extérieur avec des armes dans sa voiture. Jim  le met en garde à propos de toute agression envers Phil Colby avec les armes – dont il reconnaît la légalité - et Dagen admet qu'il ne se souvient que très vaguement du nom de collège où les faits se sont déroulés.

 

Jim et Paul reviennent voir Colby à son bureau. Jim raconte leur expérience dans la rue, et dit à Colby de se protéger en attendant un agent de police qui le raccompagnera chez lui. A la question de Colby, Jim dit le mettre sous protection policière aussi longtemps que possible.

 

Jim dit à Paul qu’un homme qui sait qu’il va mourir n’a plus peur de rien. Il lui demande comment il était au courant de l’existence de Dagen. Paul lui répond qu’il est revenu à San Francisco, cessant de parcourir le monde, le temps de régler cette affaire.

 

Le jour suivant, Paul va voir Dagen pour tenter de le dissuader de tuer Colby. Mais Dagen rappelle qu’il a souffert, passant deux années dans un fauteuil roulant et une année sur des béquilles.

 

Paul parle de l'avancement de la recherche effectuée pour guérir leurs maladies, mais Dagen est indifférent. Paul a décidé de profiter du temps qui lui reste pour vivre toute une vie et voyager, et faire davantage que ce qu’il a vécu auparavant.

 

Dagen dit que c'est assez facile à faire avec deux bonnes jambes, mais Paul l’interrompt. Même s’il avait été handicapé, il aurait espéré jusqu’au bout vaincre sa maladie.

 

Puis, dans la suite de la conversation, Paul propose à Dagen de le rejoindre sur le bateau d’un ami à New York et d’aller ensemble à Long Day.

 

La méfiance est la première réaction de Dagen, Paul demande si l'idée de la police de l’expulser de la ville n’était pas la meilleure solution. Mais Dagen est intéressé par le voyage en bateau, au point même de s'inquiéter d’avoir le mal de mer.

 

Mais lorsqu'ils sortent du restaurant Dagen et Paul sont attaqués  par trois malfrats tandis qu'un détective en civil surveille Dagen dans une voiture en stationnement. Il s’agit d’un des hommes de Jim Seaborne.

 

L'un des malfrats menace Dagen en lui demandant de quitter la ville en le menaçant de nouvelles violences contre lui. Paul se bat avec un autre des voyous et les met en déroute, les faisant prendre la fuite.

 

Le policier en civil fait son rapport par radio et appelle une ambulance, puis va à offrir de l'aide.

 

Jim et Paul aller voir Colby à son domicile, mais il nie avoir engagé les malfrats.

 

Jim répond que s'il arrive quelque chose à Dagen, il arrêtera Colby. Sans admettre quoi que ce soit, Colby demande si Jim connaît une meilleure façon de se protéger de  Dagen, et Paul dit que cinq minutes avant l’agression, Dagen  était prêt à oublier sa rancune envers Colby.

 

Colby insiste  et dit que Dagen est un obsédé.

 

Mais Paul lui dit que Dagen avait accepté de mettre le cap sur Hawaï avec lui, et il y aurait bénéficié d’une semaine seul avec l'homme perturbé pour le ramener à la raison.

 

Jim informe ensuite Colby qu’il retire  l'équipe de surveillance à la suite de l'attaque, et lui dit de quitter la ville et de rejoindre sa famille en vacances dans l'Oregon.

 

Colby à son tour menace de créer une mauvaise publicité pour la police, puis envoie promener  Jim et Paul.

 

Le lendemain Dagen va jusqu'à la toiture d'une structure de stationnement, et tire sur Colby.

 

Dagen s'échappe et abandonne sa voiture, mais prend ses armes avec lui. Paul s'étonne qu'il ne se soit pas rendu, mais Jim lui dit que Dagen a vu Colby ramper sous sa voiture, et sait qu'il est toujours vivant.

 

Lorsque Dagen va dans la salle de repos d'un garage pour assembler son arme de service, un homme arrive, voit les armes et court pour prévenir la police. Dagen est épuisé, et lorsque l'homme au téléphone avertit  ses collègues, un mécanicien essaie de l'arrêter, et Dagen le tue.

 

Dagen s'introduit dans une maison vide pour se cacher, mais lorsque l'occupant arrive, Dagen le prend en otage. À la radio il entend que Colby a succombé à ses blessures, et il lui dit, "un mort vient de vous sauver la vie."

 

Peu après, Dagen est repéré par un agent qui patrouille. Il prend alors une femme en otage. Il se rend ensuite volontairement à la police. Quand Jim et Paul arrivent sur les lieux, Dagen est autosatisfait. Mais ils lui annoncent alors que la nouvelle de la mort de Colby est fausse et qu’il est seulement blessé.

 

Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Samedi 10 février 1973 Match contre la vie : L'assassin
Lire la suite

Samedi 10 février 1973

8 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Peter Falk fait la couverture de Télé Poche en Columbo.

On parle dans « Les indiscrétions d’Aglaé » du tournage du « Beau François » de Roger Kahane, d’après le roman de Maurice Genevoix, de celui de « Taxi de nuit » avec Etienne Bierry, des reportages sont consacrés à Robert Stack et Karin Petersen, et deux pages sur le tournage de « Maigret et la jeune morte ».

Sur la première chaîne, à 15h00, 13e et dernier épisode de « Sam Cade » avec en vedette invitée Simon Oakland. A cause du rugby France-Nouvelle Zélande, le 30e et dernier épisode de « Match contre la vie » est reportée à 16h35, son titre est « L’assassin ». Vous trouverez le résumé détaillé à la suite de cet article.

En réalité, il n’y a pas de « fin » à la série, « L’assassin » semble conclure le périple de Paul Bryan, mais aux Etats-Unis, c’est le 22e épisode de la saison 2 (la série en compte 3), le dernier épisode de la saison 3, inédit en France, « The exchange », n’apporte pas non plus de conclusion. C’est une intrigue d’espionnage. Il n’était pas possible de faire une saison 4 puisque Paul était supposé vivre deux ans, trois peut être (et même au début un an). Le téléspectateur n’assistera donc pas à la mort du héros, ni à son sauvetage miraculeux par un traitement, chose dont il est question dans un épisode, « Le gros lot ». Il lui faut imaginer ce qu’il advient du héros, enfin en Amérique, car les téléspectateurs français qui n’ont vu que 11 épisodes en soirée l’été 1969, et ces inédits programmés l’après-midi pendant que tout le monde travaille, ont vite oublié la série.

Pourtant, les dernières scènes de « L’assassin » résonnent comme une fin de la série, lorsque Paul dit au tueur atteint de la même maladie que lui : « Oui, mais moi, il me reste une chance ».

Le samedi soir, en juin 1973, Paul reviendra pour deux épisodes inédits », « La princesse » et « Scandale », qui marqueront la fin de la diffusion française de la série jusqu’à ce jour.

A 18h20, « La Porteuse de pain » commence sur la première chaîne, il s’agit d’une rediffusion hebdomadaire du feuilleton à succès de la 3e chaîne que presque personne n’a vu.

En effet, peu de français ont la 3e chaîne naissante en ce mois de janvier 1973 à part les parisiens.

C’est un samedi soir de cette époque (je n’ai pas noté la date) que ma mère tomba en panne de voiture et n’arriva qu’à 21h environ chez nous, plongeant ma grand-mère et moi dans une grande peur.

Les Carpentier consacrent leur Top à Jacques Charon, comédien qui va brutalement mourir deux ans plus tard, d’une crise cardiaque le 15 octobre 1975.

On mourrait beaucoup du cœur dans ces années-là, et pas du cancer comme aujourd’hui.

Puis, c’est le 6ème épisode de « L’homme de fer », « Volé dans laisser de traces ».

Philippe Bouvard termine le samedi avec « Samedi soir », il reçoit (ce que j’ai vérifié sur le site de l’INA) Brigitte Fossey, Rika Zaraï, Henri Tachan, Guy Lux, Jean-Christophe Averty, Marcel Achard, Estella Blain, Michel Chevalier, Claude Piéplu, Francis Perrin, Michel Le Royer. J’ai regardé l’émission et il n’arrive qu’à la 46e minute. Il parle de son passage à la comédie française en 1957. Il dit être mal payé, alors qu’il est populaire. Il a été journaliste sportif à « France Soir ». Il a failli entrer dans la police et voulait devenir vétérinaire. Il parle de sa gloire acquise avec le feuilleton « Le chevalier de Maison Rouge ». Jeune premier, il dit passer après Delon, Belmondo, Brialy. Il parle du tournage d’un film érotique avec Olga-Georges Picot, qu’il appelle « Le lit rond », mais c’est en fait « Les confidences érotiques d’un lit trop accueillant ». Donc, pas un mot sur « Le Premier juré » ni sur Muriel.

Samedi 10 février 1973
Lire la suite

Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #MATCH CONTRE LA VIE

Le vingt-neuvième épisode de "Match contre la vie" : "Le train de nuit de Chicago", est aux USA le 27e de la saison 1, sous le titre "Night train from Chicago". Au wagon restaurant, Paul Bryan se trouve face à face à une soeur de charité, Veronica, qui laisse tomber son rosaire et son livre de prières. Paul qui s'est précipité pour les lui rendre, s'aperçoit qu'elle a disparu. Arrivé à Los Angeles, Paul rencontre une charmante et élégante jeune femme en laquelle il est certain de reconnaître la religieuse. Mais cette dernière prétend s'appeler Mary Carter. Peu après, Paul la retrouve morte. En fait, Paul se retrouve mêlé à une affaire de témoignages contre la mafia. Mary et Veronica étaient sœurs et filles d'un mafioso célèbre. Mary a pris les habits de Veronica et finira par témoigner.

 

Voici un résumé détaillé de l’épisode.

 

 

Pendant le petit-déjeuner dans un train entre Chicago et Los Angeles Paul parle à une religieuse, Sœur Veronica. 

 

Au milieu de leur conversation, elle se lève soudainement de la table et s'en va, laissant derrière elle un rosaire et son livre de prières. Paul fait une tentative pour lui rendre ses affaires sans succès, puis obtient le numéro de son compartiment. Or, la femme est partie alors que le train ne s’est pas arrêté.

 

A la gare de Los Angeles, Paul revoit la nonne cette-fois vêtue d’un costume vert. Elle affirme ne l’avoir jamais rencontrée et monte dans un taxi. Il la suit à son hôtel mais elle nie toujours le connaître. Elle prétend s’appeler Marie Carter. Paul est alors assommé et quand il reprend ses esprits, la femme au costume vert est morte.

 

Le lieutenant Wallace interroge Paul, cherchant à savoir pourquoi il a voulu retrouver la femme du train. Le mystère est que la morte n’est pas la même, bien que portant le costume vert.

 

L’interrogatoire est interrompu par un collègue qui lui rappelle qu’il doit écouter le témoignage de quelqu’un contre un chef de la Mafia avant une audience du Sénat.

 

Paul rappelle l’existence de sœur Veronica, et il s’avère que la soeur de la morte était une religieuse.

 

Paul se rend compte qu’il est en plein procès contre la Mafia et doit rester à la disposition du lieutenant Wallace. Or, il voulait assister à une course de voitures dans le Comté de Riverside.

 

Paul se rend compte qu’il est suivi. Peu après, il est agressé par deux hommes et en réchappe miraculeusement. La police l’emmène à la morgue afin de savoir s’il reconnaît un homme qui dirigeait une organisation mafieuse. Le nom de Paul figurait sur son bureau !

 

Paul se rend à la course automobile et peu après reçoit un appel de la femme qu’il a rencontrée dans le train, qui se présente comme une certaine  Elizabeth Brentano. Elle dit qu’elle a besoin de son aide. Elle veut le rencontrer dans un motel dans la vallée de San Fernando. Elle a vu sa photo dans le journal à la course.

 

Elle explique qu’à l’hôtel, deux hommes l’ont capturée, ont tué une femme de chambre à laquelle ils ont mis le costume vert, mais qu’elle a réussi à s’échapper. Quand Paul dit qu’elle aurait put être tuée, Elizabeth répond que Sœur Veronica était sa sœur, et qu’elle est la fille de Charlie Sant.

 

Charlie Sant a communiqué avec ses filles par l’intermédiaire d’un avocat qui a informé Elizabeth que leur père allait témoigner devant le comité du Sénat contre la Mafia.

 

Elizabeth demande à Paul de se cacher, mais dit qu’il est important que son père sache qu’elle est encore en vie, afin qu’il puisse témoigner.

 

Il dit qu’elle doit appeler le FBI et s’identifier. Elle est horrifiée par l’idée de rendre publique son identité et que les gens apprennent qu’elle est la fille d’un chef de la Mafia. Deux hommes les agressent alors. Paul tire sur le premier en état de légitime défense, mais l’autre le blesse. Il réussit à sauver Elizabeth recroquevillée derrière le rideau de la douche, et tire sur le second tueur.

 

Paul appelle un médecin. Elizabeth décroche le téléphone pour prévenir le FBI de ce qui s’est passé et se présente avec le nom de son père.

 

Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Vendredi 9 février Match contre la vie : Le train de nuit pour Chicago
Lire la suite

Vendredi 9 février 1973

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Pour son « Miditrente », Marcel Amont a invité les Leny Kurk et l’orchestre Pierre-Marie Portalès.

Avant-dernier épisode de « Match contre la vie » : « Le train de nuit pour Chicago ». Résumé détaillé sur ce blog.

Après le 11e épisode de « Docteur Caraïbes », je découvre John Cassavetes dans le 8e épisode de « Columbo » : « Symphonie en noir ».

Une semaine magique se termine avec la présence de Muriel le dimanche soir dans « Les risques du métier ».

Vendredi 9 février 1973
Lire la suite

Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #MATCH CONTRE LA VIE

78e épisode de "Run for your life aux usa", soit 18e de la saison 3, "The rape of Lucrece", qui en France devient "Lucrèce", est le 28e épisode de "Match contre la vie". C'est donc l'un des derniers tournés, le 77e étant "Les tyrans," mon épisode favori, raconté ici.

Je ne l'ai pas vu puisque je travaillais jusqu'à 17h le jeudi. Paul est accusé de viol par une romancière, Lucrèce Lawrence (Julie Harris), qu'il connaît depuis l'âge de neuf ans. C'est le père de Paul qui s'était occupé de son divorce. Il s'agit d'une folle, et il parvient à prouver son innocence en lisant au tribunal les épreuves du prochain manuscrit de Lucrece.

Voici le résumé détaillé de l’épisode.

Paul est accusé d’une tentative de viol par l’écrivain Lucrèce Lawrence. Lors d’une audience préliminaire, Paul attend de savoir ce qui va lui arriver. Lucrèce se présente à la barre et donne sa version des évènements du samedi précédent.

Elle se trouvait à son domicile avec son éditeur, Dorothy Young, venue discuter de son nouveau livre. Lucrèce, à qui Paul dit qu’ils se sont déjà rencontrés, se rend compte qu’il est le fils de l’avocat qui s’est occupé de son divorce.

Paul a invité Lucrèce à dîner, et selon elle, il n’a cessé de lui faire des avances. Elle l’a ensuite invité chez elle pour lui parler de son nouveau livre. Un terrible orage a alors éclaté. Les lumières se sont éteintes, et Lucrèce déclare que Paul a tenté de la violer. Elle s’est évanouie. Tout au long de son témoignage, elle affirme que Paul était sous l’emprise de l’alcool.

Cette dernière affirmation est démentie par un voisin lors de la reconstitution, et Paul lui rappelle que mentir lorsque l’on témoigne sous serment est un crime, mais elle s’obstine dans son accusation.

Des témoins en faveur de l’accusé, Peggy et Tom Ambler, disent que Lucrèce agit ainsi pour se faire de la publicité. L’éditrice Dorothy Young fait observer qu’elle savait exactement ce qu’elle allait dire avant qu’elle le fasse. Enfin, chez elle, Lucrèce ne possédait guère d’alcool.

Lorsque Paul commence son témoignage, il reflète dans les grandes lignes ce que Lucrèce a dit. Par contre, il dit s’être méfié, ne pas voir voulu dîner seul avec elle, et que son éditrice n’avait pas une opinion flatteuse de son nouveau livre. Paul décrit une femme agressive et mal dans sa peau.

Après le dîner, elle a parlé en détail des circonstances entourant le divorce de son père.

Contrairement à ce qu’elle affirme, c’est Lucrèce qui a voulu l’embrasser, mais Paul l’a repoussée, lui disant qu’elle avait trop bu. Paul a même suggéré de partir avant l’orage. Or, elle l’a supplié de ne pas partir. Puis, elle s’est mise subitement à crier. Il a voulu la calmer, l’embrasser sur la joue, et l’a giflé. Elle a commencé à jeter des objets et renversé une lampe. Enfin, elle s’est mise à déchirer ses habits.

Hélas pour Paul, le voisin donne une version qui corrobore la thèse de la tentative de viol.  Le juge décide d’instruire un procès, mais un coup de théâtre survient. L’éditrice Dorothy Young arrive et demande à Lucrèce de lire à haute voix

Il s’agit de la tentative de viol dont elle accuse Paul qui se trouvait en fait déjà écrite dans son roman à paraître. Le juge lève les accusations contre lui et ordonne des soins psychiatriques à Lucrèce.  Paul déclare qu’il ne va pas porter plainte et quitte le tribunal avec Dorothy. Le voisin s’excuse humblement auprès de Paul en jurant de sa bonne foi. Paul accepte les excuses et part sans un regard pour Lucrèce.

Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Jeudi 8 février 1973 Match contre la vie : Lucrèce
Lire la suite

Jeudi 8 février 1973

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

A « Miditrente », Marcel Amont reçoit Frédéric François, Robert Castel, Danièle Licari et Gérard Pirès.

Je rate un très bon épisode inédit de « Match contre la vie » : « Lucrèce », le 28ème, que je vous raconte à la suite de l’article.

L’INA n’a pas gardé l’émission de Guy Lux « Cadet Rousselle » le 8 février. Télé Poche annonçait un coupe de chapeau à Serge Reggiani. Impossible de savoir si l’émission a eu lieu ou fut victime de grèves, car il n’en est pas question quinze jours plus tard dans le Télé Poche qui critique les émissions de cette semaine-là.

12e et avant-dernier épisode des « Gens de Mogador », 2e du cycle « Dominique », qui se déroule en mai 1919, avec Brigitte Fossey et Paul Barge.

Jeudi 8 février 1973
Lire la suite

Mercredi 7 février 1973

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Marcel Amont reçoit Dani et le groupe Polaris.

Nous arrivons au dernier cycle en trois épisodes de « Docteur Caraïbes », soit le dixième épisode.

Le soir, un épisode inédit des « Cinq dernières minutes », « Meurtre par intérim », avec deux disparus, Raymond Souplex et Pierre Brasseur. C’est le 55e et avant-dernier. Raymond Souplex est mort durant le tournage du suivant, qui pourra être diffusé car il avait presque terminé son travail, on demandera à un inspecteur anglais de terminer l’enquête.

Mercredi 7 février 1973
Lire la suite

Mardi 6 février 1973

4 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Marcel Amont à « Miditrente » reçoit Marcel Merkès et Paulette Merval, ainsi que Philippe Lavil.

Les programmes du soir sont sur la première chaîne « Les Sans Studio » et « Les dossiers de l’écran » qui proposent « Une femme qui s’affiche ». C’est un film avec Judy Holiday et Peter Lawford. Je crois que nous avons regardé la deux.

Mardi 6 février 1973
Lire la suite

Lundi 5 février 1973

3 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Marcel Amont est l’invité de la semaine chez Danièle Gilbert, et reçoit Gérard Palaprat, Danièle Roulier et Alan Stivell. Louis Chédid participe à l’émission comme candidat à « Midi chance » !

Les oisifs à 14h25 peuvent voir sur la première chaîne « Copie conforme » avec Louis Jouvet.

A 19h15, c’est le neuvième épisode de « Docteur Caraïbes », « Le pigeon bleu, troisième partie ».

Puis, nous regardons « Les habits noirs » et « Joseph Balsamo », mais comme on s’en doute, je suis sous le charme de la veille, et tout cela me passe bien au-dessus. Je suis sur un nuage.

Cela n’a pourtant duré que quatre minutes la veille, ce dont je n’ai pas conscience. J’ai l’impression d’avoir passé la soirée avec Muriel.

Lundi 5 février 1973
Lire la suite

Dimanche 4 février

2 Février 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je ne me suis pas intéressé aux programmes de l'après-midi, notamment au film de la 2 à 14h40 "Lassie perd et gagne" de Richard Thorpe (1944) avec Jeannette Mac Donald. Ce n’est d’ailleurs pas un vrai film de la série « Lassie » qui n’y fait qu’une apparition. Aux USA, le film s’appelle « The sun comes up », c’est une comédie mélodramatique qui marque la dernière apparition à l’écran de Jeannette Mac Donald.

Ni au nouveau feuilleton de la première chaîne, « Le jeune Fabre », avec Mehdi et Véronique Jannot à 19h10.

Muriel était absente depuis le 28 décembre, jour de la diffusion de "La reine étranglée". Arriva donc ce dimanche 4 février, où la Une proposait à 20h40 pour la première fois le film "Les risques du métier". Le film commence, mais il faut attendre longtemps pour qu'apparaisse enfin Muriel. A l'époque, je n'avais que la télé en noir et blanc.

Après toute une entrée en matière où l'on voit Delphine Desyeux, Emmanuelle Riva et Jacques Brel, Muriel apparaît à la 54e minute (le film dure 1h31) dans la vitrine de son magasin pour une durée de quatre minutes.

Il est étonnant que je n'ai pas réalisé à l'époque que Muriel était petite, c'est particulièrement flagrant dans la première scène lorsque Brel vient frapper contre la vitrine. Malgré la diffusion en noir et blanc (en 1973, je n'y aurais pas échappé même avec un poste en couleurs puisque nous sommes sur la Une), je réalise que Muriel est blonde. Elle est immédiatement reconnaissable, quelque soit sa tenue, son aspect. Elle fait battre mon coeur à tout rompre. Mes parents ne se doutent de rien, mais j'ai mis dans la semaine mon copain Francis dans la confidence. Lorsque Muriel parle et dit "Le docteur a dit que tu pourrais sortir la semaine prochaine", la voix d'Annunciata et de Marguerite résonne à mes oreilles comme si le printemps arrivait en plein hiver. Muriel remplit tout mon espace, elle envahit mon univers entier, je suis sur une autre planète.

On croirait entendre Marguerite dire à Blanche : "Où vas-tu, tu sais que la porte est fermée" dans le cellule de Chateau Gaillard.

Cette comédienne avait quelque chose que personne d'autre n'avait. Elle produisait sur le pré-adolescent que j'étais une véritable fascination. Il y une part inexplicable dans cette passion. Muriel était belle mais tant d'actrices le sont. Cela avait commencé à sept ans et demi devant "La princesse du rail".

Lors de cette première diffusion des "Risques du métier", je n'ai pas saisi toutes les subtilités du scénario. Le film apporte la démonstration que dans tous les rôles, Muriel me plait. Aucun rapport en effet entre Annunciata, Marguerite et Martine, l'ancienne élève de l'instituteur joué par Jacques Brel.

Dans son regard, Muriel faisait passait beaucoup de choses, notamment cette perpétuelle inquiétude, dans la scène où elle sert une cliente de sa boutique, on voit son regard s'assombrir lorsqu'elle aperçoit Mme Doucet (Emmanuelle Rivat). La première séquence, où Muriel est en jupe rouge, est un flashback, il est enchaîné par le présent, l'actrice porte alors un ensemble bleu rayé de blanc. Muriel a droit à des gros plans et son personnage disparaît définitivement à la 59e minute et 48 secondes. Sa scène l'oppose à Emmanuelle Riva, et Muriel y est belle comme le jour. Comme comédienne, elle a une maîtrise de jeu absolument impeccable, alors qu'elle n'a en 1967 que trois ans de métier. Vous devinez que le 4 février 1973 fait partie des plus beaux jours de ma vie.

 

Lire la suite