Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste
Articles récents

Déclic et des claques

8 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Un article que je reprends de mon blog "Oldiblog" , voilà ce que j'écrivais le 4 janvier 2006

En 1964, Muriel Baptiste fait sa première apparition au cinéma dans "Déclic et des claques" de Philippe Clair, metteur en scène pied noir (un compatriote!) qui après la guerre d'Algérie s'est spécialisé dans des comédies sans prétention. Il connaîtra surtout une petite notoriété avec les comédies interprétées par Aldo Maccione ("Tais toi quand tu parles", "Plus beau que moi tu meurs") dans les années 80 après avoir exploité tous les créneaux possibles dans le comique avec des films comme "La grande java" avec Les Charlots, ou "Rodriguez au pays des merguez".
Philippe Clair est également acteur. Si mes souvenirs sont exacts, il a sorti plusieurs disques de sketches exploitant le filon comique "pied noir".
 
L'histoire, comme toujours chez ce metteur en scène, n'est qu'un prétexte à une suite de gags, quiproquos et d'effets assez lourds: Ici, quatre jeunes gens débarquent à Paris, venant d'Alger.
L'un d'eux va faire la connaissance d'une jolie fille, Sandra, qu'incarne Annie Girardot.
 
Le film fut diffusé un après midi sur l'ORTF dans les années 70. Aux côtés d'Annie Girardot, de Mike Marshall (fils de Michèle Morgan, décédé l'an dernier) et de Philippe Clair, on retrouve le chanteur Enrico Macias, Pierre Doris, Marthe Villalonga, Darry Cowl, la speakerine Noelle Noblecourt entrée dans la légende pour avoir été virée de la télévision sous les prétexte qu'elle avait montré...ses genoux! 
L'ORTF avait une conception de la "pudeur" qui laisse songeur aujourd'hui. Une autre speakerine, Sylvette Cabrisseau, alors la compagne d'Yves Rénier, fut aussi renvoyée quelques années après pour avoir posé pour un magazine de charme.
 
Signalons la présence du  mannequin Danik Patisson  - qui fut la partenaire de Sacha Distel dans un de ses rares premiers rôles au cinéma: "Les mordus" en 1960 - (Genre de films qui n'a pas encouragé Sacha à poursuivre une carrière de comédien alors qu'il est trés bon dans le "Sans mobile apparent" de Labro en 1971), et enfin le comique Max Montavon, habitué des petits rôles dans des films comme "l'aile ou la cuisse" et qui jouera en 1972 "Allo Juliette" avec Muriel.
 
A noter que Philippe Clair a mis en scène en 1974 une comédie d'un goût douteux "le fürher en folie" avec Alice Sapritch, dont l'une des vedettes est Vincent Gauthier, le partenaire de Muriel dans "le roi de fer" (Philippe d'Aunay).
 
J'ai eu une grosse surprise en découvrant que la cassette VHS de ce film coûte une petite fortune. Un célèbre site de vente en ligne trés sérieux vous la propose pour...130 euros! C'est paraît il un article de collection. Etrange, quand on sait que le support VHS avec l'apparition du DVD est condamné à brève échéance à disparaître. Mieux vaut l'enregistrer lors d'une rediffusion! Même avec la meilleure indulgence du monde, les films de Philippe Clair ne valent pas 130 euros. Ils sont le plus souvent à prendre au troisième degré et difficiles à regarder jusqu'au bout.

Dans Télémagazine 23 février 1967
 
 
Lire la suite

Les quatre premiers épisodes de "La princesse du rail"

8 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

LA PRINCESSE DU RAIL est un feuilleton de 26 épisodes de 13 minutes (existant également sous la forme de 13 épisodes de 26 minutes) qui relate l'épopée du chemin de fer en France,
Cette série a été imaginée par le metteur en scène et vétéran de la télévision Henri Spade durant la guerre de 1939-45, Il fit un voyage en train et traversa le massif central, Il s'est fait la réflexion: « Ce n'est pas possible que les américains aient fait tant de films sur la conquête du rail et pas nous, de plus les paysages du massif central, de l'Auvergne et des Cévennes s'y prêtent »,

Il lui faudra 20 ans pour concrétiser son projet, Même si dès 1960, des rails sont posés spécialement sur une ligne appelée « La transcévenole » pour le film, il ne tournera son feuilleton qu'en 1966,

Pour l'occasion, il recrute deux comédiens, Muriel Baptiste et Jacques Santi, dont il parlait encore avec émotion en janvier 2006, Tous deux n'auront qu'un autre rôle célèbre après: Michel Tanguy des « Chevaliers du ciel » pour Santi, Marguerite de Bourgogne des « Rois maudits » pour Muriel, Tous deux sont décédés encore jeunes et après avoir perdu pied comme comédien,

Henri Spade a écrit sa série avec le cheminot Henri Vincenot (et Juliette Saint Giniez), Le feuilleton fera un triomphe lors de ses deux diffusions, en février mars 1967 et en juillet 1972,

Henri Spade nous a quitté le 12 novembre 2008, un mois après l'édition en DVD de « La princesse du rail »,


EPISODE 1

Nous sommes à Langeac, en Allier, Une ligne de chemin de fer est en train d'être construite, Antoine Delorme (Jacques Santi), chaudronnier, décide de quitter sa fiancée Marie (Claude Marcault) pour travailler sur le chantier du chemin de fer,
Alexandre (Benoît Brione), ami commun de Marie et Antoine, lorgne sur Marie, Arrivé au chantier, Antoine est pris pour un voleur et rossé, mais il est reconnu par l'un des ouvriers de la ligne,
Dans un bar, Antoine se fait refouler par des opposants au chemin de fer, Il découvre alors que les bateliers, rouliers, postillons, bourreliers, charrons s'opposent à la construction de la ligne, De retour le dimanche à son village, Antoine est fraichement accueilli par Marie,,,

4 / 4

Ce premier épisode nous présente Jacques Santi, alors inconnu, arborant une fière moustache, Benoît Brione sera plus tard Philippe de Valois dans « Les rois maudits », Dans l'épisode, parmi les ouvriers du chemin de fer, on retrouve des comédiens de télévision de l'époque: André Valmy, Jacques Dynam,

EPISODE 2

Un ancien colonel d'empire, Vidal, a l'habitude de saboter la ligne de chemin de fer, Ce matin-là, les rails ont été une fois de plus abîmés, Antoine demande à se faire engager comme chauffeur de locomotive,
Antoine regarde une locomotive Crampton et fait la connaissance du mécanicien, Chambon (Armand Mestral) qui a baptisé son engin « La Caroline »,
Antoine a sympathisé avec un ouvrier, Julien Pagès dit « Le frisé » (Fred Ulysse), Alexandre vient révéler à Antoine qu'il veut épouser Marie, Le frisé a une belle cousine, Virginie (Sylvie Bréal) qui sous des dehors innocents est une femme de petite vertu, Antoine préfère passer son jour de congé , le dimanche, a conduire la Crampton avec Chambon et Carpolino (le comédien Daxély) plutôt que de rejoindre Marie au village, Antoine est confronté au premier sabotage du colonel Vidal (Jean Davy) et à son sbire le cosaque Tiarko (Frank Estange),
Poursuivant leurs investigations, Antoine et le Frisé enquêtent dans un café, Une jeune femme brune inconnue, qui se révèlera être Annunciata, princesse de Bohême et fille de Vidal (Muriel Baptiste) les espionne et met le feu à la guerite des cheminots, En sabotant une péniche pour se venger, Antoine et le frisé se mettent hors la loi,

4 / 4


Ce second épisode introduit brièvement le personnage d'Annunciata, qui ne fait ici qu'une fugitive apparition, On ne la voit vraiment que quelques secondes,
L'épisode élude ici un aspect dramatique du roman d'Henri Vincenot dans lequel Antoine et Le frisé tuaient un batelier,

EPISODE 3

Antoine, poursuivi pour avoir saboté un bateau, est de retour dans son village et retrouve sa fiancée, Celle-ci est bien embarrassée car elle aime désormais Alexandre, le sabotier, Chez Marie, Antoine reçoit une lettre d'acceptation pour devenir mécanicien, Il rompt avec Marie. Puis il rencontre chez le frisé Virginie dont il tombe amoureux, Il ne comprend pas, naïf, quelle vie mène en réalité la jeune femme, soit-disant garde malade mais qui se farde et s'habille la nuit pour exercer ses fonctions,
Antoine commence son apprentissage de la conduite avec Chambon, Les deux hommes se trouvent confrontés à la dureté du chef mécanicien anglais Barnett (Fred Neumann), Des doutes assaillent Antoine sur les activités nocturnes de « garde malade » de Virginie,

3 / 4


Dans le bonus du DVD, on retrace la carrière de la comédienne Claude Marcault, qui pourtant a un rôle mineur dans la série, Cette actrice a joué dans la série « Les brigades du tigre » (épisode: « Le village maudit »), Il n'y a pas de bonus sur Muriel Baptiste, alors que Nicolas Velle, l'éditeur du DVD, m'avait demandé un exemplaire de sa biographie et de mon interview d'Henri Spade, Lorsqu'un acteur, une actrice en l'occurrence, a sombré dans l'oubli, il est bien difficile de l'en tirer, Pourtant, Muriel Baptiste joue ici le rôle principal aux côtés de Santi, Le titre du feuilleton, « La princesse du rail », vient du fait qu'Antoine appelera sa locomotive « La princesse » et que la jeune gitane Annunciata serait princesse de Bohême,


EPISODE 4

Virginie et Antoine ont une romance, Antoine propose au cousin « Le frisé » et aux deux oncles de la jeune femme un voyage le dimanche en chemin de fer, Les oncles sont terrorisés, n'ayant jamais pris le train, Ils ont peur lorsqu'ils traversent un tunnel, occasion qu'Antoine met à profit pour embrasser Virginie,
Antoine se rend chez un cafetier favorable au chemin de fer, Il se trouve là une sorte de « musée » représentant les premiers pas du chemin de fer, Il se met ensuite à suivre la nuit Virginie sans comprendre qu'elle ne se rend pas chez des patients pour faire l'infirmière, Antoine est arrêté pour le sabotage de la péniche, Virginie intervient pour le faire libérer, étant la maîtresse d'un homme politique,

1 / 4

Après un début passionnant, cet épisode tourne un peu en rond, Henri Spade filme beaucoup de bavardages inutiles et l'action ne progresse pas, L'histoire d'amour entre Virginie et Antoine n'est guère passionnante, Le télespectateur a compris qui est Virginie, et Antoine se fait plus niais qu'il ne l'est

Annunciata 22 février 1967

Lire la suite

Le souvenir que garde Christian Marin

8 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

En juillet 2006, j'ai eu l'immense plaisir de contacter le comédien Christian Marin. Il m'a dépeint une partenaire très agréable, aimant plaisanter, sur le tournage des "chevaliers du ciel". Comme il n'a pas fait allusion au film de Guy Blanc "Le mois le plus beau" de 1968, j'en déduis qu'ils n'ont pas de scènes ensemble.
Muriel était à l'époque la compagne de Jacques Santi. Christian Marin se rappelle que le couple s'entendait bien, avec des disputes comme dans tous les couples. Il n'a pas connue la Muriel tourmentée dont m'ont parlé Henri Spade, Annie Sinigalia et Jacques Serres.
Christian Marin se souvenait des bottes Courèges de Muriel. J'ai eu un pincement au coeur lorsqu'il m'a dit cela, car la dernière fois qu'Annie Sinigalia a vu Muriel (vers 1979), elle l'a reconnue à cause de ces fameuses bottes.

Voici la quatorzième et dernière planche du roman photo "Les chevaliers du ciel" avec Muriel.

C'est le moment où "Colette", le personnage qu'elle incarne, vient donner son nom et son numéro de téléphone à Ernest Laverdure, mais au lieu de dire Colette, elle donne comme prénom : "Muriel". Comme une sorte de clin d'oeil au téléspectateur, et aussi parce que Muriel aimait faire des blagues.

Roman-photo-14.jpg

Lire la suite

Le bracelet

7 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #NOSTALGIE 70

Aimer Muriel Baptiste ne se manifestait pas seulement devant le poste de télévision.

Ainsi, à la boutique de souvenirs en face du lac de Bagnoles de l'Orne, se trouvait des bracelets en bois avec tous les prénoms possibles. Ce devait être l'été 1973 (de mémoire)

J'ai regardé le présentoir, cherché, et trouvé à la lettre M "Muriel" et "Murielle", mais n'ai rien acheté.

Aimer Muriel, c'était ne penser qu'à elle en toutes occasions, même à Bagnoles de l'Orne en vacances où je n'avais pas la télé.

J'ai revu cette boutique de souvenirs en 2006, qui ferme désormais à 19h, la station balnéaire ayant perdu le cachet de jadis et n'ayant absolument plus la fréquentation intense que l'on pouvait y voir en 1973

Avant dernière photo de Muriel dans "Les chevaliers du ciel"

Roman-photo-13.jpg

Lire la suite

Etudes des épisodes 18 à 26 de "La princesse du rail"

7 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

EPISODE 18

 

Annunciata a fait échouer le vol de la paie des ouvriers, rejetée par son père et objet de la méfiance des gens du chemin de fer, elle perd sur tous les plans,

La musique pas du tout appropriée au film déçoit une fois de plus, L'abbé Chantegrelet s'aperçoit que le postillon a volé la fortune du colonel Vidal,

Retrouvailles d'Antoine et de son frère de lait l'abbé,

Le jeu des comédiens n'est jamais outrancier, Delorme rend l'argent volé par le postillon à la petite gitane, Celle ci fait croire à son père que la sacoche disparue n'avait été qu'égarée,

Ce sont les adieux de Chambon, le mécanicien, à sa locomotive,

Delorme apprend que son brevet d'injecteur a été détourné par un ingénieur de Paris,

C'est la rupture entre Annunciata et Antoine, qui précipitera la fin tragique de la princesse de Bohême,

 

4/4

 

EPISODE 19

 

Chambon a sommeil, il a roulé toute la journée, et se trouve réquisitionné par l'ingénieur Barnett pour conduire de nuit, ce qui va provoquer un accident,

L'épisode insiste sur l'exploitation ouvrière au 19e siècle, Dans ces moments là, le feuilleton démontre un aspect social qui explique que tant de cheminots aient demandé la réédition de la série en DVD,

Armand Mestral joue à merveille l'ouvrier exploité jusqu'à la corde par son patron, Le réalisateur Spade utilise deux thèmes dans son feuilleton: l'aspect « ouvrier » et celui « romantique »,

L'épisode 19 nous montre comment une cadence de travail infernale provoque l'accident, Chambon a roulé deux nuits de suite sans repos dans la journée,

Par manque de moyens, et sans doute pour ne pas abîmer des locomotives de musée, Spade ne nous montre pas l'accident,

Mestral pousse la chansonnette, ce qui était son vrai métier

Nous avons un immense sentiment de frustration en passant de la scène où les mécaniciens sont endormis à l'hôpital, Il nous faut imaginer l'accident, Delorme prend l'initiative de créer une mutuelle de secours pour les Compagnons du rail,

Jacques Santi en syndicaliste improvisé n'est pas très crédible: trop rigide, manquant de spontanéité, il était plus un héros romantique et d'action que destiné à jouer dans « Germinal »,

Un épisode sans Annunciata,

 

3/4

 

EPISODE 20

 

Chambon et Carpolino reconnaissent lors de l'enquête qu'ils se sont endormis aux commandes de la machine, Ils vont donc être jugés pour l'accident, Spade reprend ici sa verve « sociale », Je ne suis pas certain que le téléspectateur de 1967 ait perçu cette dimension là lors de la diffusion,

Santi en apprenti révolutionnaire n'est hélas guère crédible, arranguant les cheminots à se révolter,

 

Nous retrouvons Annunciata qui se révolte contre son père, Jean Davy en fait trop dans son interprétation d'illuminé, alors que Muriel Baptiste garde une sobriété toute juste,

 

Le jugement des mécaniciens approche, Nous n'y assistons pas et apprenons simplement l'acquittement, Spade a donc éludé nombre de scènes cruciales, L'épisode par les nombreux dialogues racontant le procès évoque du Marcel Pagnol,

 

Marie Claude Mestral essaie de jouer au plus juste mais son rôle de petite fille sage de Céline Chambon est caricatural,

 

Barnett charge Delorme de convaincre Céline de l'épouser, Nous assistons à une scène délicate entre Mestral et Santi: Delorme a des sentiments pour Céline tout en restant attaché à Annunciata,

 

3/4

 

 

Episode 21

 

Céline et Antoine se rapprochent, Marie Claude Mestral joue comme les actrices d'avant guerre (voix très aigue, sourires démonstratifs, elle fait penser à Yvette Joyeux), C'est parfait pour un feuilleton sentimental quotidien qui fera pleurer dans les chaumières, L'épisode propose un quiproquo supposé être comique (Céline en visite sur la locomotive se retrouve coincée sous une bâche et doit faire le voyage avec Delorme), Ce registre comique atteint vite ses limites, Spade est plus inspiré en filmant la tragédie, Pour « meubler », Henri Spade filme moult décors naturels vu depuis le trajet en locomotive,

Barnett, ivre et jaloux, manque de provoquer un accident en réquisitionnant la locomotive, Un épisode médiocre qui découragerait celui qui ne verrait que cela de regarder la série,

 

1/4

 

 

Episode 22

 

 

Fiancés, Céline et Antoine préparent leur mariage, La scène où Céline et sa mère constituent le « trousseau » est représentative d'une époque révolue, Nous passons ensuite du rire aux larmes, L'ingénieur Barnett n'est pas initialement invité au mariage et en fait une maladie, (Il sera finalement invité en fin d'épisode),

 

Le colonel Vidal continue son pathétique combat contre le progrès, Annunciata se voit imposer comme prétendant le postillon ivrogne et voleur, Elle doit vite se défendre contre une tentative de viol mais met KO son agresseur, Vidal est pathétique dans ces scènes, Annunciata renonce à rester avec son père et le quitte,

Muriel Baptiste, qui n'avait pourtant que trois ans de carrière, joue avec le talent qu'on lui reconnaîtra dans « Les rois maudits », Elle nous fait croire à son personnage qui quittant le Colonel arrive au beau milieu des noces de l'homme qu'elle aime, En effet, Céline et Delorme sont en plein repas de noces lorsque la jeune gitane désespérée arrive, Si Marie Claude Mestral se voit confinée dans un rôle ridicule, celui de Muriel Baptiste est en or, Evitant la caricature, elle nous émeut par sa détresse bien réelle,

 

4/4

 

Episode 23

 

Muriel Baptiste erre dans des décors désolés, déserts et sinistres où son personnnage de gitane rebelle se cachait lorsqu'il combattait le rail avec son père, Capable du pire dans la comédie, Spade filme ici le meilleur, Le ton est juste, le désespoir d'une femme amoureuse est ici montrée comme rarement on le fit, Il est juste dommage que la musique ne soit pas à la hauteur (Des morceaux classiques, Berlioz et autres, au lieu d'un vrai compositeur),

 

En regardant cet épisode, on comprend quelle immense comédienne Muriel Baptiste était, Par comparaison, Marie Claude Mestral et Jacques Santi en jeunes mariés ont des rôles bien étriqués à jouer, On ne peut en vouloir aux acteurs, certains personnages ont été bien écrits et fouillés, d'autres obéissent à des stéréotypes, En Céline, Muriel Baptiste n'aurait rien eu à défendre, Jacques Santi dans le rôle du héros parvient cependant à jouer juste sans tomber dans le grandiloquent et le ridicule,

 

Céline reçoit les confidences de Clarisse, la femme du mécanicien Claudius, Clarisse veut la rendre jalouse, Marie Claude Mestral parvient à donner quelque épaisseur à la jeune Madame Delorme, C'est un des plus beaux épisodes de la série,

Annunciata affronte une fois de plus son père, Dans une scène bouleversante, Muriel Baptiste se bouche les oreilles et rit comme une folle pour ne pas pleurer, Elle se confond avec son personnage,

 

4/4

 

 

Episode 24

 

La fin approche, On prépare l'inauguration de ligne, Chambon près de la retraite a une nouvelle locomotive, Marie Claude Mestral, Armand Mestral et Jacques Santi sont maintenant dans la registre de la comédie pour l'annonce de la grossesse de Céline, Spade leur a donné des rôles assez difficiles à interpréter car il faut bien du talent pour mettre de l'entrain à jouer des personnages heureux,

 

Clarisse la comère vient narguer Annunciata en annonçant l'heureux événement de Céline, La jeune gitane hurle « Il sera très beau leur enfant » avant d'éclater en pleurs, Il y a déjà une lueur de tragédie dans les yeux de la princesse de Bohême,

 

Claudius se rebelle contre son épouse et lui donne une gifle, Hervé Sand sera en 1975 « Chéribibi » dans la série tirée de Gaston Leroux,

 

4/4

 

 

Episode 25

 

Il se passe beaucoup de choses dans cet épisode crucial: suicide d'Annunciata qui se jete contre la locomotive conduite par Chambon, tentative de sabotage par Vidal en neutralisant des cheminots et en organisant un trajet gratuit en diligence, Tous les comédiens du feuilleton sont réunis une dernière fois,

 

Seul bémol: Jean Davy surjoue le rôle du colonel un peu fou, Heureusement, Spade filme admirablement la course poursuite entre la diligence et le train à travers des décors naturels somptueux, La SNCF a mis à sa diposition les moyens nécessaires qui manquaient dans d'autres scènes comme celle de l'accident, Tunnels, montagnes, ravins, chemins de terre rocailleux, constituent un matériau idéal pour le spectacle,

 

L'épisode a le goût des pique niques champêtres de jadis, Les officiels en beaux habits et hauts de forme complètent le décor,

 

La scène du suicide est accompagnée d'une musique originale, pour une fois, et pas d'un morceau de classique, Annunciata descend de son cheval, s'approche de la voie ferrée, C'est le drame, Enfant, cette scène m'avait profondément impressionné,

 

Episode 26

 

Chambon part à la retraite, Armand Mestral quitte le registre de la comédie pour rejoindre des tons plus graves,

Pour compenser le drame Annunciata, et avoir un « happy end », nous allons assister à la naissance du fils de Céline et d'Antoine, Ce dernier surprend un jeune charron comme celui qu'il était jadis qui veut devenir chauffeur de locomotive, Il a passé le relais, Vidal s'avoue vaincu après la mort de sa fille, et remet à Antoine le collier d'Annunciata,

 

La scène finale se passe en 1966 avec les descendants de Céline et Antoine, joués par les mêmes acteurs, L'écrivain cheminot Henri Vincenot, pour « La vie du rail », vient faire un reportage et demande au descendant d'Antoine pourquoi la machine que conduisait son aïeul s'appelait « la princesse », La soeur ne sait pas davantage répondre quel est ce mystérieux collier de gitane qu'elle porte au cou: un bijou de famille selon elle,

 

 

 

J'analyserai les épisodes 1 à 17 ultérieurement.

 

Voici maintenant Jean Sobieski qui vient se joindre à Muriel et Christian Marin dans "Les chevaliers du ciel"

Roman-photo-12.jpg

 

Lire la suite

Humeur de début de week end

6 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

J'ai cru avoir une hallucination hier soir en lisant les premières pages de Jazz Magazine numéro 600. Emile Lucas Lapoirie a publié "Rendez vous au p'tit op" chez....Publibook, tandis que les autres auteurs du mois sortent par exemple chez Albin Michel. Pour mémoire, Publibook a publié ma biographie de Muriel, "Muriel Baptiste, la reine foudroyée" et le moins que l'on puisse dire est que la promotion n'est pas leur truc.
J'ai acheté "Le royaume de Sobrarbe" de Renaud Camus, son journal 2005, et me suis rendu à la page du 7 novembre pour constater que comme moi, il ne prise guère "Les rois maudits" version Josée Dayan dont le premier opus fut diffusé ce soir là.
Je ne suis pas prêt d'oublier le dimanche 6 novembre 2005, veille de diffusion du remake de Josée Dayan, mais j'en parlerai une autre fois, ce fut le pire jour de ma vie.
L'édition de "La princesse du rail" en dvd me permet de varier les plaisirs, avant chaque week end, je me passais un épisode des "rois maudits", maintenant j'ai ce coffret de 05h40 de la série d'Henri Spade où Muriel est bien plus souvent présente. C'est en noir et blanc mais l'image et le son sont intacts. J'en suis déjà à la cinquième vision.

Muriel n'est pas présente dans tous les épisodes mais la briéveté d'un épisode (13 minutes) permet de patienter. Je trouve que le regretté Henri Spade a eu une idée de géniale de filmer un générique de début différent pour chaque épisode. Il aimait vraiment les paysages ferroviaires et les locomotives.

La même année que "La princesse", Muriel devenue la compagne de Jacques Santi tournait dans "Les chevaliers du ciel", la voici encore une fois dans la série, l'épisde 7 de la première saison. Ses scènes la confrontent à Christian Marin et Jean Sobieski, lequel était en 1967 l'époux d'Olga Georges Picot, qui tourna avec Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange" et "Le premier juré", et connut le même destin. Olga s'est suicidée deux ans après Muriel.

Roman-photo-11.jpg

Lire la suite

Le jour où j'ai cru voir Muriel à la télé

5 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #NOSTALGIE 70

Il fut un temps où je n'avais qu'une chose en tête: Muriel Baptiste. Je me souviens d'un jour du printemps 1973, la télévision était allumée mais je ne la regardais pas. Je me trouvais dans ma chambre ou ailleurs lorsque, par inadvertance, j'arrive dans la salle à manger où se trouvait la télévision. Et là, je crois voir l'espace d'une seconde Muriel Baptiste. Hélas arrivé trop tard, j'écoute. C'est la présentation d'un film en cours de tournage avec Yves Robert, Marcello Mastroianni et Jean Rochefort. Le film s'appelle "Salut l'artiste", mais l'actrice ne revient pas et ceux qui sont interrogés n'en parlent pas.
J'ai donc cherché toutes les informations possibles sur ce film. Pour finalement découvrir que c'est l'actrice Evelyne Buyle (qui a débuté dans "Zoé", la pièce avec Muriel), que j'ai prise pour l'objet de toutes mes pensées. Erreur sur la personne.
Eh oui, j'étais comme cela. Frénétique, exalté, impulsif, je voyais Muriel Baptiste partout, même là où elle n'était pas!

Roman-photo-10.jpg

Lire la suite

Si j'avais rencontré Muriel...

5 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

Une comédienne amie de Muriel, Annie Sinigalia, m'a fait remarquer que Muriel n'avait jamais su mon existence. Il est vrai que j'étais jeune lorsqu'elle a quitté le métier en 1974. A titre d'information, je n'ai eu mon "courrier personnel" qu'à la fin 1976, époque où j'ai commencé des collections d'affiches, photos et musiques de films. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus éveillés!
Dans ma vie, j'ai rencontré quelques artistes, lors des séances de dédicaces après les concerts, une chose que je ne recherche pas spécialement.
Cela vient de se produire vendredi dernier avec Yves Duteil, il m'a dédicacé son dernier album, mais le contact entre un artiste et un spectateur par définition inconnu de lui n'apporte pas grand chose. Je me souviens avoir approché quelques célébrités: C Jérôme en 1986 dans une discothèque après son concert (un des rares avec lequel j'ai pu discuter), en 1985, Thierry Pastor à l'éphémère carrière m'avait claqué la porte au nez après un spectacle qui n'avait duré que cinq chansons et peu d'enthousiasme du public. Un autre que j'ai approché fut Alain Turban, guère plus sympathique. On est souvent déçu en voulant approcher une vedette, soit il signe gentiment une autographe (comme Georges Chelon ou Yves Duteil), soit le contact vous déçoit et l'artiste tombe de son piédestal (dans mon cas, Michel Delpech et Gigliola Cinquetti).
Alors Muriel? Eh bien je crois que si elle avait continué sa carrière, j'aurais essayé de lui écrire et de la rencontrer, mais elle représentait tant pour moi que je ne pense pas qu'elle se soit plainte de mon attitude. J'aurais été tétanisé, incapable de lui parler, figé sur place. Il aurait fallu que ce soit elle qui me parle, car je n'aurais pu lui dire un mot. Seul mon regard lui aurait communiqué la passion que j'éprouve.
Je n'aurais pas eu de déception comme pour Delpech ou Pastor, parce que j'aurais été incapable de l'aborder.
Le destin a voulu que Muriel s'efface du monde du spectacle dès 1974. Je n'avais pas quinze ans.


Roman-photo-9.jpg

Lire la suite

Existe-t-il des films tv inédits avec Muriel?

4 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #FILMOGRAPHIE

La question n'est pas un pur fantasme. Muriel a tiré sa révérence dans le chaos de la fin de l'ORTF. Or, l'éclatement de l'ORTF fit que de nombreux programmes furent perdus, oubliés, non diffusés, des tournages commencés et arrêtés.
Je vous donne quelques exemples: "Le baquet de Antoine Frédéric Messmer" et "Enquête posthume sur un vaisseau fantôme" de Michel Subiéla, la série "Les classiques de l'étrange" du même Subiéla, la seconde saison de "La brigade des maléfices" avec Léo Campion décidée lors de la rediffusion de 1974, "Le manège de Port Barcarès" avec Colette Déréal dont nous n'avons jamais vu les derniers épisodes, et la liste est longue des projets, séries inachevées.
Ainsi donc, si Muriel était dans un de ces projets, nous ne le savons pas, les bobines dorment quelque part à l'INA ou à Telfrance ou Dieu sait où...
Pour avoir son agenda professionnel 1974 qui résoudrait ces questions, il faudrait savoir m'a dit un jour Pierre Tchernia qui était son imprésario, mais cela je ne l'ai jamais su.
Ce qui est certain, c'est qu'il existe les fameuses scènes coupées au montage par Michel Mitrani pour le rôle que tenait initialement Muriel dans "La cavale". Il y en a peut être d'autres...

Les anglais qui sont méticuleux ont bien perdu un épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir": "The town of no return" première version, joué par Elizabeth Sheperd qui fut remplacée par Diana Rigg. Alors, dorment peut être ici où là des bobines de films avec notre merveilleuse Muriel...

Suite du roman photo

Roman-photo-8.jpg

Lire la suite

Quelle sera la prochaine bonne surprise?

4 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #VIDEOGRAPHIE

La partition des rois maudits éditée sur CD, Koba Films/France Loisirs qui sort en DVD "La princesse du rail", l'INA qui met en ligne et propose à la gravure sur commande "Lancelot du lac" et "La double vie de Mlle de La Faille" introuvables autrement....
Après une fin d'année 2008 riche en rééditions de toutes sortes, que nous réserve 2009?
"Les dernières volontés de Richard Lagrange", 30 fois 15 minutes en DVD ? "Les sultans"? Un inédit sorti de derrière les fagots? On peut toujours rêver.
Je n'aurais pas parié un kopec sur l'édition de la musique des "Rois maudits", alors maintenant je suis prêt à espérer et attendre le meilleur...

Suite du roman photo

Roman-photo-7.jpg

Lire la suite