Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste
Articles récents

Samedi 13 avril 1974

9 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel durant toute sa carrière n’a jamais dit à personne qu’elle se prénommait Yvette.

Télé Poche et Télé 7 jours mettent en couverture Georges Pompidou.

Télé Poche en photo couleurs page 2 nous propose Patricia Calas de « Adieu nos quinze ans ». Dans « Les indiscrétions d’Aglaé », les reportages sont consacrés à Michel Fugain (qui visiblement aurait fait la couverture du magazine si Pompidou n’était pas mort) et au président décédé.

Télé 7 jours consacre ses articles au PDG de l’ORTF Marceau Long, Ginette Garcin, Jerry Lewis, Howard Vernon, Ian Holm.

A « Miditrente », Gigliola Cinquetti reçoit Michel Mallory et Betty Mars.

Je ne regarde pas « Les actes des apôtres » sur la 2 à 14h45, étant fidèle de la première chaîne pour « La Une est à vous ».

Les séries proposées sont « Mission Impossible » ou « Les mystères de l’ouest », « Fooly Foot » ou « Le roi des celtes », « Flipper le dauphin » ou une nouvelle série, « Ne mangez pas les marguerites » avec Doris Day et David Niven, « Hondo » ou « Chaparral », « La nouvelle équipe » ou « Chapeau melon et bottes de cuir » qui fait son apparition dans l’émission le temps d’un samedi.

Et c’est un plébiscite : Vers18h00, au lieu des « Mystères de l’ouest», Bernard Golay annonce que c’est « Chapeau melon et bottes de cuir » qui est choisi, avec l’épisode « Les cybernautes », déjà diffusé le dimanche 27 mai 1973, je l’avais évoqué sur le blog pour ceux qui s’en souviennent. A la suite de cette rediffusion, « Les cybernautes » est devenu mon épisode préféré à égalité avec « Interférences ». Je mets une photo de John Steed/Patrick Macnee, le héros de la série.

Le soir, après un « Top à Enrico Macias », c’est le premier épisode d’une nouvelle série, « Kung Fu », avec David Carradine, intitulé « La loi de la montagne ».

A « Samedi soir », Philippe Bouvard a convié Jacques Dufilho, Juliette Gréco, la duchesse de Bedford Nicole Russell, Christian Gallissian qui a escaladé à moto le Kilimandjaro, Alain Colas qui allait disparaître en mer en 1978, Mylène Demongeot qui a produit le film « Par le sang des autres », Françoise Parturier une écrivaine, et enfin Jean Dutourd.

J’ai été obligé de regarder l’émission car l’INA n’indique pas les invités, et Bouvard ne fait pas de présentation.

 

Samedi 13 avril 1974
Lire la suite

Vendredi 12 avril 1974

9 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel Baptiste était mal à l’aise lors des interviews et n’était pas mécontente d’être peu sollicitée. Elle ne savait quoi dire.

A « Miditrente », Gigliola Cinquetti reçoit le groupe brésilien Felicidad.

N’ayant rien d’autre à voir, j’ai regardé le quatrième épisode des « Actes des apôtres » à 15h15 sur la 2.

« Réveillon en famille » n’ayant pas été diffusé et reporté, l’épisode de « Suspense » du vendredi devient le cinquième, alors que ce devrait être le sixième. Il s’agit d’une histoire très dramatique, « Demain finira par arriver » avec Patty Duke. Cela se passe en 1941. Le personnage de Patty est la femme d’un japonais et avec l’attaque de Pearl Harbour, elle vit l’enfer.

Vendredi 12 avril 1974
Lire la suite

Jeudi 11 avril 1974

8 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Un internaute de ce blog m’a écrit mais son adresse mail renvoie les messages : Il me demande si j’ai des vidéos de Stone et Charden, je n’en ai pas, je lui conseille l’INA.

L’anecdote du jour : Dans les années 60, Muriel allait en Andalousie danser dans les boites. Elle en parle dans une interview.

Gigliola Cinquetti reçoit Laurent Rossi à « Miditrente ». Tout comme l’autre « fils de », Franck Fernandel, Laurent Rossi n’aura jamais réussi à se faire un prénom. Laurent est mort à 67 ans d’une crise cardiaque le 20 août 2015. Franck le 8 juin 2011 à 75 ans de causes qui n’ont pas été révélées. Je pense que vivre dans l’ombre d’un père célèbre quand on veut devenir artiste (à moins de s’appeler Claude Brasseur ou Michel Sardou) doit être bien frustrant.

Je ne regrette pas de rater à 15h15 le troisième épisode des « Actes des apôtres ». C’est vraiment un feuilleton soporifique.

Guy Lux à « Domino » donne un coup de chapeau à Dalida.

Puis, en raison deuil national observé à la TV après la mort de Georges Pompidou, le cinquième épisode du « Soleil se lève à l’est » est reporté à la semaine suivante. Le feuilleton reste passionnant sans temps mort. Curieusement, François Dunoyer n’a pas trouvé la notoriété après avoir incarné le héros de cette série, le général Allard.

Jeudi 11 avril 1974
Lire la suite

Mercredi 10 avril 1974

7 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel ne savait pas avant de tourner ce que Claude Barma allait lui demander de jouer, mais étant Marguerite de Bourgogne, je m’étonne qu’elle n’ait pas lu les romans de Maurice Druon.

A « Miditrente », Gigliola Cinquetti reçoit Christian Vidal, un chanteur à minettes de l’époque. Il est aujourd’hui bien oublié. Son seul tube fut « Angélique » en 1973. L’année 1974, il a sorti 3 45 tours. Né le 16 décembre 1950, il a continué à sortir des disques durant les années 70 avant de se tourner vers le théâtre en 1980. On l’a revu ensuite dans « La chance aux chansons » de Pascal Sevran. Je pense que quelqu’un qui parlerait en 2019 de Christian Vidal n’aurait guère plus de chance de parvenir à ce que l’on sache de qui il s’agit que s’il parlait de Muriel Baptiste. En 1973, il a pourtant vendu un million d’exemplaire de sa chanson « Angélique ».

A 15h15 sur la 2, septième épisode de « Daktari » : « L’épreuve ». Rappelons que la saison 2 de cette merveilleuse série est enfin sortie en France en DVD cette année.

A 19h40, c’est le sixième épisode de « Cannon », « Chantage au divorce », avec la belle Stefanie Powers. Je me souviens bien de l’épisode (revu depuis) où le fils de Stefanie (enfin son personnage) enfourche une petite moto électrique. Je connaissais Stefanie pour la série « Annie, agent très spécial », dont j’ai parlé sur le blog en novembre 1973. Je lui trouvais beaucoup de charme, pas dans le genre de Muriel. On n’employait pas le terme à l’époque mais on dirait aujourd’hui qu’elle était sexy. Elle a aussi joué dans un autre feuilleton, « L’amour en héritage ». C’était avant qu’elle devienne l’insupportable cruche Jennifer de « Pour l’amour du risque », « Jonathan et Jennifer, les justiciers milliardaires », où elle m’a bien déçu.

Je pense que l’on a dû regarder Gilbert Bécaud sur la Une, en tout cas pas le western de la 2, « Les cavaliers de l’enfer » avec Audie Murphy.

En avril 1974, on ne voyait plus Muriel Baptiste et plus personne ne parlait d’elle. Il fallait faire avec. J’étais loin d’imaginer à l’époque qu’elle ne reviendrait pas de cette traversée du désert.

Voici Stefanie Powers à l’époque.

Mercredi 10 avril 1974
Lire la suite

Mardi 9 avril 1974

6 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : reçue par le comédien Jacques Serres et son épouse à dîner, Muriel leur a déclaré avoir des origines kabyles.

A « Miditrente », Gigliola Cinquetti reçoit Michel Murty et Jeff Barnell. Elle sort deux 33t en français en 1974 : « Bonjour Paris », où elle reprend des chansons de grands poètes français, et un album sans titre avec « Dernière histoire, premier amour », « Lui », « Un clown sur une église ».

Le soir, nous pouvons voir le Concours Eurovision de la Chanson, où Abba remporte la victoire avec « Waterloo » devant Gigliola Cinquetti deuxième avec « Si », qui avait gagné en 1964 avec « Non ho l’età ». La version française de cette chanson est sortie en 45 tours sous le titre « Lui ». Le texte italien est bien plus coquin que la fade traduction française, dans la chanson Gigliola dit « si », c'est-à-dire oui à un homme sans équivoque. La traduction française « Je ne voyais plus que lui » est bien sage par rapport à ce qu’elle chante en italien « La mia mente disse si per provare un’emozione che non ho avuto mai ». (Mon esprit dit oui pour essayer une émotion que je n’ai jamais eue »).

Pas de suspense en regardant l’émission puisque l’on connaît le vainqueur. Je ne m’en serai pas souvenu si je ne l’avais pas retrouvé dans les programmes télé de l’époque, j’ai toujours cru car les souvenirs sont trompeurs avoir assisté en direct à la victoire du groupe suédois Abba.

En ce temps-là, l’eurovision valait la peine d’être regardée, c’était son âge d’or, et non la pitrerie d’aujourd’hui.

En 2014, quarante ans après, une autre italienne représentait l’eurovision, Emma, dont j’ai parlé sur ce forum, mais si Gigliola en 74 était arrivée deuxième, Emma a eu l’humiliation d’une 21e place avec pourtant un titre qui est devenu un incontournable de son répertoire : « La mia città ».

Mardi 9 avril 1974
Lire la suite

Lundi 8 avril 1974

6 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Toutes les scènes que Muriel a tourné en juillet 1971 dans le film de Michel Mitrani « La cavale » ont été coupées au montage.

Ce printemps-là, je vivais les derniers moments de complicité avec mon ami Francis, que je connaissais depuis la rentrée scolaire de 1971 (classe de cinquième). Je devais le voir pour la dernière fois fin juin et la vie nous sépara, puisqu’il partit vers Agen. Il est mort jeune, en 2006, d’une crise cardiaque. En 2007, je voulais lui offrir mon livre sur Muriel et j’ai retrouvé la trace de sa famille car son nom n’est pas courant. Sa mère m’appris alors la triste nouvelle.

Ais-je tendance à embellir ce passé ? Tout n’était pas rose comme j’ai tendance à le raconter sur le blog, j’étais chétif et le souffre-douleur des autres collégiens. En particulier du fils du professeur de maths, qui était une petite ordure. Il y avait encore (un peu) Muriel, dont la carrière touchait à sa fin. Il est certain que le monde était plus tranquille qu’aujourd’hui. Il me semble que les gens étaient moins individualistes. Plus joyeux.

Gigliola Cinquetti est la vedette de la semaine de « Miditrente ». Elle a invité son collègue de la maison de disques CBS Gérard Lenorman.

A 14h25, les oisifs peuvent voir « Fortunat » avec Michèle Morgan et Bourvil sur la Une.

Sixième épisode de « Schulmeister, l’espion de l’empereur » : « Avant les cent jours ».

Puis à 21h35, « Le défi » des frères Rouland reçoit Sheila et Roger Carel.

« Gil Blas de Santillane » sur la 3 à 18h50 s’avère être un navet, je doute avoir regardé le feuilleton jusqu’au bout. Par contre, je me souviens avoir suivi fidèlement « Adieu mes quinze ans ».

Lundi 8 avril 1974
Lire la suite

Dimanche 7 avril 1974

3 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

 

L’anecdote du jour : Muriel détestait de voir à la télévision. Une véritable phobie chez elle.

A 14h30, le film « Des jupons à l’horizon » (« Skirts Ahoy ! ») de Sidney Landfield et datant de 1952 a pour vedette Esther Williams.

Michel Drucker a comme invités vedettes au « Sport en fête » Yves Lecoq, Claudine Merckx, Jean Dury et André Leduc.

A 17h05, un téléfilm sur la première chaîne, « Le déserteur » avec Maurice Garrel.

Je n’ai vu que le début du film « La canonnière du Yang-Tsé » avec Steve McQueen, il finissait à 23h35.

 

Dimanche 7 avril 1974
Lire la suite

Samedi 6 avril 1974

3 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel a été choisie par la propre fille de Colette, Mme de Jouvenel, pour incarner son premier rôle, Gigi.

Denise Fabre est en couverture d’un Télé 7 jours imprimé trop tôt pour tenir compte de la mort de Pompidou.

Le magazine parle de Lyne Chardonnet, Edward Meeks, Gérard Lenorman, Catherine Watteau, Geneviève Fontanel, Anne Deleuze, Florence Giorgetti, Pierre Arditi, José-Maria Flotats (Philippe V dans « Les rois maudits »), Anouk Aimée, Federico Fellini, Gilbert Bécaud, Daniel Ceccaldi, Marc Chapiteau, Maurice Failevic, Denise Fabre, Jacqueline Monsigny. Des hommages sont rendus à Françoise Rosay (disparue le 28 mars) et Clotilde Joano (vaincue par le cancer le 23 mars à seulement 36 ans). Aucune mention de Muriel.

A « Miditrente », Stone et Charden devaient recevoir Daniel Guichard, mais je ne sais si l’émission fut diffusée.

J’avoue que sur la 2, après le match de rugby Tarbes-Narbonne, le deuxième épisode des « Actes des apôtres » me laisse indifférent.

C’est un jour de deuil national. La cérémonie des funérailles du président Pompidou est diffusée en direct. Je l’ai retrouvée sur le site de l’INA.

La Une devait retransmettre le concours eurovision de la chanson mais c’était le jour de l’enterrement du président Pompidou. Plus personne ne s’en souvient mais le concours fut diffusé plusieurs jours après, le mardi. On se rappelle en revanche de la victoire du groupe Abba avec « Waterloo ».

Il n’y a pas non plus de « La Une est à vous », « Top à Thierry le luron » et « Samedi soir », l’émission de Philippe Bouvard.

Par contre, le septième et dernier épisode de « Aux frontières du possible » est bien diffusé : « L’effaceur de mémoire ». Je l’ai revu : il est excellent et permet à la série de terminer en apothéose.

Samedi 6 avril 1974
Lire la suite

Vendredi 5 avril 1974

3 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel a tourné « Le corso des tireurs » à Nice lors du carnaval 1967, alors que le téléfilm ne fut diffusé qu’en mai 1968.

L’invitée du jour de « Miditrente » est la chanteuse allemande Renata.

A 15h15, « Daktari » est remplacé par un feuilleton de Roberto Rossellini, « Les actes des apôtres », qui est rediffusé. Il était passé sur la 2e chaîne en 1970. Sa programmation correspond aux fêtes de Pâques.

Après « Adieu mes quinze ans » et « Les actes des apôtres », on devait voir le cinquième épisode de « Suspense », « Réveillon en famille », que j’ai retrouvé sur Internet en VO sous le titre « Home for the holidays ». Il sera diffusé en mai.

Une semaine marquée par la mort du président de la république.

Vendredi 5 avril 1974
Lire la suite

Jeudi 4 avril 1974

2 Avril 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel avait un petit défaut invisible à l’écran aux lèvres, une sorte de tout petit grain de beauté inopérable, et en faisant une fixation. Se regardant dans une glace, elle se trouvait toujours des défauts.

Chez Danièle Gilbert, Stone et Charden reçoivent Jean-Claude Annoux.

A 15h15, toujours en période de vacances scolaires, sixième épisode de « Daktari », « Du plomb pour Hedley ». Ensuite, la série sera diffusée le mercredi en remplacement des « Bannis ».

Un très beau feuilleton de mai 1971, « Adieu mes quinze ans », est rediffusé sur la 2 chaque soir à 19h45.

Le soir, « Domino » de Guy Lux consacre un coup de chapeau à Sacha Distel. Puis c’est le quatrième épisode du « Soleil se lève à l’est », toujours aussi palpitant.

Ce printemps 1974 serait idéal si Muriel Baptiste était là.

Jeudi 4 avril 1974
Lire la suite