Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Nadiya

10 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Nadiya est concert à Valence bientôt, des affiches partout, et je ne sais même pas qui c'est.
On prend un coup de vieux dans ces moments là. Je collectionne les vinyles et les cd (quand même!) depuis des lustres, et les derniers concerts auxquels je me sois rendu sont ceux de Bruce Springsteen et d'Yves Duteil, mais Nadiya, nouvelle génération, j'ignore qui c'est.
L'horloge du temps s'est quelque part arrêtée pour moi. Je cherche des vinyles de Miles Davis et de Charles Mingus, je lis le journal de Renaud Camus et de Pascal Sevran, je regarde et re-regarde à l'infini "La princesse du rail" en DVD, mais je n'ai que Muriel Baptiste en tête. C'est comme ce que les amateurs de science fiction appellent un "time warp" ou si vous préférez un piège temporel. La société change, le monde évolue, de nouveaux artistes apparaissent, mais je reste coincé dans un espace de temps révolu.
Le monde des années 70 est à la fois loin et présent. Sur ma platine tourne en boucle le thème bêtement appelé "Mahaut d'Artois" (en fait c'est celui de Marguerite de Bourgogne) du coffret  "Le cinéma de Georges Delerue". Plus je l'écoute, plus je pense que les bandes son des "rois maudits" ont été utilisées et non un matériel original retrouvé.
Delerue était réputé pour égarer les bandes de ses films. Pour le coffret, on a certainement utilisé le film "Les rois maudits" en reprenant la musique directement dessus.
C'est un procédé qui fut utilisé pour la musique de "Never say never again" de Michel Legrand lors de la sortie du 33 tours de la "bande originale" au Japon.
Les morceaux des "rois maudits" donnent le sentiment de ne pas être enregistrés pour un disque, généralement le compositeur réorchestre et rallonge ceux-ci ce qui n'est pas le cas ici.
Il faut s'habituer à vivre en 2009, dans le monde de Nadiya, mais moi résolument, je suis resté dans celui de Muriel Baptiste.

24 RUE PIGALLE 3e PARTIE

Le 24 rue Pigalle à Paris, où elle a habité jusqu'en 1982.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article