Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 18 novembre 1972 Match contre la vie : une petite injustice

13 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #MATCH CONTRE LA VIE

J B Flowers (Burr DeBenning) vient de passer cinq ans en prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Il s'est évadé et veut rejoindre sa fiancée Donna (Louise Shaffer). Comme il a appris l'espagnol en prison, il espère fuir avec elle au Mexique. Flowers s'est échappé avec un autre détenu. Il a pris en otage Paul, et les policiers pensent poursuivre les deux évadés, alors que l'autre (qui a tué deux policiers) a lui même été tué. Flowers raconte son histoire à Paul qui lui propose de se soumettre à un nouveau procès, puisqu'il est innocent. Il a été condamné pour homicide involontaire suite à un coup porté au fils d'un gros bonnet. Seulement, le père a absolument voulu que Flowers soit condamné. Toute la communauté le savait, c'était "une petite injustice". L'épisode se termine dans le drame. Lors de leur périple, Flowers et son otage arrivent dans une ferme, le fermier va tirer sur Paul et l'évadé le sauve en tirant le premier.

Flowers réfléchit à la proposition de nouveau procès qu'a faite Paul, mais il n'y croit pas car il s'est évadé. Donna découvre alors qu'ils sont cernés par le shérif Hoag (Slim Pickens) et ses hommes. Flowers tente de fuir, tue trois policiers avant d'être abattu. Paul dit ce qu'il pense au shérif : "Vous saviez tous la vérité, ce n'était qu'une petite injustice". Le shérif lui demande où il peut le déposer, avec dégoût Paul dira "Très loin d'ici".

 

Samedi 18 novembre 1972 Match contre la vie : une petite injustice
Samedi 18 novembre 1972 Match contre la vie : une petite injustice
Samedi 18 novembre 1972 Match contre la vie : une petite injustice
Samedi 18 novembre 1972 Match contre la vie : une petite injustice
Lire la suite

Vendredi 17 novembre 1972

13 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

A 12h30, les compagnons de la chanson reçoivent comme invité le canadien Gilles Vigneault.

Le 17 novembre 72, je faisais connaissance avec la série "Au-delà du réel". La série faisait déjà vieillotte à l'époque. Il n'y a qu'un épisode passionnant, "L'invisible ennemi", qui sera diffusé sur TF1 dans "Samedi est à vous" en mars 1976, et qui préfigure "Alien". Celui du jour est la deuxième partie des « Héritiers ». J’ai trouvé cela très ennuyeux.

Sans surprise, le soir, il y a "Sam Cade" sur la première chaîne, c'est le huitième épisode, "Jessie". Sur la 2, le téléfilm « Raboliot » d’après le roman de Maurice Genevoix avec en vedette Pierre Rousseau, lui fait concurrence, mais nous regardons le shérif en jeep.

J'aimais Noël alors, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Noël, c'était la consolation du froid, car les automnes n'étaient pas comme à présent avec le réchauffement de la planète.

Et ce Noël là était tout particulier, car il serait illuminé par la présence de Muriel dans son plus beau rôle.

Pour le reste, je ne regarde ni le 18e épisode des interminables « Haïdouks », ni le 8e épisode du « Fils du ciel ».

Il me semble qu’à 19h25 sur la première, nous regardions le jeu « Réponse à tout ».

 

Lire la suite

Jeudi 16 novembre 1972

13 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Chez Danièle Gilbert, les compagnons de la chanson reçoivent Guy Béart et le groupe Martin Circus.

J’étais intrigué car sur la première chaîne, à 15h00, dans le cadre de la télévision scolaire, on rediffuse une pièce de Shakespeare réalisée par Claude Barma : « Macbeth », déjà programmé le 20 septembre 1959, avec Daniel Sorano. C’était assez inhabituel pour être souligné.

Ma grand-mère regarda "Au-delà du réel" et n'aima pas du tout. C'est de la science-fiction et elle trouvait cela bête. L'épisode est en deux parties, je verrai la seconde le lendemain.

C'est la première fois que je vis le comédien Robert Duvall, connu pour "Le Parrain" et "Apocalypse now". Il est la vedette du double épisode "Les héritiers".

L'ORTF avait acheté "Au-delà du réel" en 1967 et ne savait qu'en faire. Les épisodes seront programmés dans "La Une est à vous". En tout cas, après "Aujourd'hui madame", on la remplaça vite par "Match contre la vie".

A l'automne 72, elle vivait la plus belle période de sa vie, l'attente du triomphe des "Rois maudits".

Ce jeudi soir, la première chaîne proposait « Main basse sur la ville » de Francesco Rosi (pas regardé). Sur la 2, comme l’atteste le site de l’INA, « Entrez sans frapper » reçoit comme Télé Poche l’annonce Jean-Claude Massoulier, Serge Reggiani et le cuisinier Raymond Oliver. Mais c’était diffusé après « Actuel 2 », magazine d’actualité, soit à 21h30, et je ne me rappelle pas si on me laissait le regarder. Le lendemain, il fallait se lever pour aller au collège !

 

Lire la suite

Mercredi 15 novembre 1972

12 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

A « Miditrente », Les Compagnons de la chanson reçoivent Françoise Hardy. Elle est alors en plein creux de la vague, ne retrouvant le succès que l’année suivante avec « Message personnel », tube écrit par Michel Berger.

En quelques épisodes, je suis devenu accro à "Amicalement vôtre", et "La séquence du jeune spectateur" propose à 15h25 un extrait de "Invanhoé" avec Roger Moore, toutefois je ne l'ai sans doute pas vu car il y avait le neuvième épisode (déjà) des "Globe-trotters" sur la 2 à 15h10 : "L'ours" qui se déroule en Roumanie et marque la fin du périple européen. La suite se déroulera au Canada.

Ensuite, septième épisode de « L’autobus à impériale » : « Glouton a disparu ». Au Royaume-Uni, la série compte 17 épisodes.

Après un "Cadet Rousselle" consacré à Nana Mouskouri (J’ai vérifié sur le site de l’INA, l’émission de Guy Lux fut bien diffusée), c'est le septième épisode de "Amicalement vôtre" : "Entre deux feux".

Comme chaque mercredi, j'ai le nouveau « Télé Poche » en mains. En couverture, Gilbert Bécaud. Pas de Muriel à l'horizon dans les prévisions. En revanche, dès le samedi 18 commence la rediffusion de "Match contre la vie". Il y aussi un reportage de deux pages sur "Jo Gaillard" avec Bernard Fresson (qui sera diffusé en janvier 1975). Commencé le 25 mai 1972, le tournage doit s'étaler sur an et demi. A l'époque, seuls trois épisodes sur treize sont dans la boîte. Budget : 800 millions d'anciens francs. Le réalisateur, Christian Jaque, mobilisé sur ce projet, réussira à tourner un autre feuilleton, "A vous de jouer Milord" qui sera diffusé avant (Novembre 1974).

Je vois aussi que le 24 novembre commence la diffusion de "Poigne de fer et séduction" avec deux héros de feuilleton : Nyree-Dawn Porter (Irène dans "La dynastie des Forsyte") et Robert Vaughn, l'un des deux "agents très spéciaux".

Il ne manque plus que Muriel.

 

Lire la suite

Mardi 14 novembre 1972

11 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Les compagnons de la chanson reçoivent Georges Moustaki chez Danièle Gilbert.

Ce mardi-là, "Les dossiers de l'écran" proposent "La loi du silence" d'Alfred Hitchcock avec Montgomery Clift, le thème du débat étant "le secret professionnel". Je n'ai pas vu l'après-midi l'énième rediffusion de "Ignace" avec Fernandel. Un après sa mort, l'acteur faisait toujours les beaux jours de la télévision avec les programmations incessantes de ses films.

5e épisode du "fils du ciel" à 20h15. Puis c’était une émission de variétés, « Tour de chant », avec en vedettes le breton Alan Stivell et Gérard Lenorman. La chanson de Stivell « Tri Martolod » sera en mars 1973 mon hymne à Muriel.

A peine plus d'un mois pour revoir cette dernière.

 

Lire la suite

Lundi 13 novembre 1972

10 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Les compagnons de la chanson sont les invités de la semaine à « Miditrente » et ont convié Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Jean Broussolle fin décembre a décidé de les quitter. Il restera auteur de chansons, notamment pour Sacha Distel, à compter de décembre. Les compagnons s’étaient retrouvés huit après le décès brutal de Guy Bourguignon le 31 décembre 1969. Gaston, alias Michel Cassez, animateur de « Miditrente » avec Danièle Gilbert, va prendre la succession de Broussolle.

L’après-midi, pour les oisifs, il y a un film à 14h25, « Les amants de Minuit » avec Jean Marais et Dany Robin.

Deux héros de feuilleton ensemble ce soir là : Alexandre Stewart, la Fanny de "L'homme qui revient de loin", et Michael Baloh ("Omer Pacha") dans l'épisode des "Evasions célèbres", "Le colonel Jenatsch". Sur la 2, « Au théâtre ce soir » proposait « Ferraille et chiffons ».

On pouvait voir, en dehors d'Omer Pacha, Michael Baloh de temps en temps, il fut ainsi la vedette d'un épisode de "Jo Gaillard" avec Bernard Fresson en 1975, "L'inconnu", qui parlait d'un passager clandestin réfugié des pays du bloc soviétique.

Je n'ai cependant pas beaucoup revu "Les évasions célèbres" (un peu dans "La Une est à vous") et je ne me souviens pas de l'histoire.

Le feuilleton de 20h15 de la Une, "Le fils du ciel", qui remplaçait "Pont Dormant", je ne l'ai pas regardé. Sans doute n'ais-je pas, ni mes parents, accroché au premier épisode. Quant à « La révolte des Haïdouks » interminable, nous en sommes au 16e épisode.

L'automne allait continuant et le souvenir que j'en regarde est enchanteur, comme celui de Muriel.

 

Lire la suite

Dimanche 12 novembre 1972

9 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

 

Jean-Claude Drouot m'avait filé ma première grande frousse télévisuelle en 1967 avec l'adaptation du roman de Jules Verne "Le secret de Wilhelm Storitz". Je ne manquai évidemment pas la seconde diffusion ce dimanche de 1972. J'avoue que lorsque c'est sorti en DVD, je l'ai acheté et n'ai pas retrouvé la magie d'autrefois.

Télé Poche indique qu'une grève empêcha la diffusion de l'émission de Drucker qui fut remplacée par "Le Bossu" avec Jean Marais, mais j'ai vu le film plusieurs fois à l'époque et ne me souviens pas que c'était le même jour que le téléfilm d'épouvante avec Drouot. Avec la grève, "La France défigurée" fut annulée, et la Une rediffusa un épisode du "Fugitif", "Capturez cet homme". Sur la 2, à 14h30, "Voyage à Rio" de Robert Z. Leonard (1950) avec Jane Powell.

Très certainement, je ne pus voir « Comme un torrent », de Vincente Minnelli avec Frank Sinatra, le film se terminait à…22h50 !

Pas d’épisode de la série « Les Monroe » ce dimanche-là.

C'était novembre 72, l'attente de revoir Muriel, j'étais heureux.

 

 

Lire la suite

Samedi 11 novembre 1972

8 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

"La légende des siècles" d'André Malraux le samedi soir en deuxième partie de soirée à la place de la série policière "La Journaliste", un top à Régine, la fin de la saison 2 des "Saintes Chéries", on ne peut pas dire que j'ai une nostalgie frénétique du 11 novembre 1972.

Pour « Les Saintes Chéries », on diffuse le 26e épisode, soit le 13e de la saison 2, « Eve et les cousins canadiens ». 25 des 26 premiers épisodes ont donc été rediffusés en 1972. L’ORTF juge peu opportun de rediffuser la troisième saison, qui a été programmée fin 1970. La série comporte en tout trois saisons de 13 épisodes, soit 39, les 13 premiers étant en noir et blanc.

A 10h30, Pompidou et Messmer arrivaient en direct sur les Champs-Elysées, sur des commentaires de Léon Zitrone, pour la cérémonie du 11 novembre.

L’INA n’a gardé que les séquences avec Georges Moustaki de l’émission du 11 novembre 1972 de « Samedi soir », selon Télé Poche, le groupe comique Les Brutos et le réalisateur Yves Boisset étaient aussi conviés.

Je m’en rends compte en regardant les émissions sur l’INA : Philippe Bouvard avait un gros défaut, il ne présentait pas le sommaire des invités de son émission.

 

Lire la suite

Vendredi 10 novembre 1972

8 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Enrico Macias reçoit chez Danièle Gilbert l’humoriste Jacques Bodoin et la chanteuse Michèle Torr alors au creux de la vague.

Impossible de me souvenir si ce vendredi, nous avons regardé, comme d'habitude, "Sam Cade", dont c'était le septième épisode ("Le piège") ou la 2, qui programme le 54e téléfilm des "Cinq dernières minutes" : "Que le diable l'emporte!", avec André Valmy, qui sera le dernier à être diffusé du vivant de Raymond Souplex. On ne regardait plus systématiquement la série, par exemple l'épisode 53, "Meurtre par la bande" tomba un jeudi de mai 72 où je regardais "L'immortel".

Atteint d'un cancer, le comédien meurt le 22 novembre. Deux épisodes seront diffusés après sa mort, "Meurtre par intérim" avec Pierre Brasseur, et un épisode non terminé, "Un gros pépin dans le chasselas" pour lequel sera créé un personnage de policier allemand qui termine l'enquête. J'ai évoqué ces deux films déjà sur le blog pour l'année 1973. On ne se rend pas compte aujourd'hui de l'importance qu'avait l'inspecteur Bourrel/Raymond Souplex, dont le seul rival était Maigret/Jean Richard. C'était les deux seules longues séries policières de l'époque.

L'après-midi, c'est le douzième épisode des "Saintes Chéries" et  25e au total: "Eve à Montréal" et Télé Poche annonce déjà une rediffusion de "Match contre la vie".

En 1972, la série est encore bien dans ma mémoire puisqu'elle a été diffusée en juillet août 69. Pour d'obscures raisons, et malgré l'apport avec cette rediffusion de vingt épisodes inédits, la série n'a jamais été programmée ensuite, raison pour laquelle elle reste pour moi liée à cette époque "Muriel Baptiste".

C'est donc avec trois feuilletons qui me passionnaient (il y avait aussi "Les globe-trotters" et "Amicalement vôtre") que j'allais attendre dans cette dernière ligne droite le retour de Muriel.

 

Lire la suite

Jeudi 9 novembre 1972

7 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Le jeudi 9, il n'y avait absolument rien à la télé.

A « Miditrente » sont invités, dans la semaine d’Enrico Macias, Georgette Plana et Romuald.

Je ratai le 11e épisode de la saison 2 des « Saintes Chéries » : « Eve et les sports d’hiver ». Soit le 24e depuis le début.

"Entrez sans frapper" sur la 2 est sacrifié au bénéfice d'une émission sur De Gaulle, qui fait la couverture de Télé Poche, et qui en plus de cette soirée intitulée "Esquisse pour un portrait  de Charles De Gaulle", bénéficie d'une série " chaque mercredi sur la Une "Mémoires de guerre du Général de Gaulle. On peut s'étonner de cette overdose de documentaires et d'hommages deux ans après sa mort, parce qu'ensuite, il n'en sera plus guère question ou une fois de temps en temps lors d'émissions historiques, notamment sur la seconde guerre mondiale.

La Une proposant une pièce de Machiavel, "La Mandragore", on comprendra que je fuis la télé ce soir là et n'ai pas grand chose à en dire.

Alors parlons de ma chère Muriel. On ne sait pas, par exemple, pourquoi en devenant actrice elle a changé son vrai prénom, Yvette, en Muriel. Il ne faut pas y voir un hommage à l'un des prénoms de sa mère, Mireille, puisque les deux femmes ne s'appréciaient guère, et la mère de Muriel s'en est débarrassée enfant, la confiant à une tante.

Muriel était un prénom très en vogue en 1964, et sans doute ne faut-il pas chercher plus loin. Elle aurait selon certaines sources choisit ce nom suite à « Muriel ou le temps d’un retour ».

C'est en tout cas beaucoup plus beau qu'Yvette. Après la fin de sa carrière, j'ai appris, par Mme veuve Delberghe, qu'elle continuait de se faire appeler "Muriel".

On ne sait pas non plus pourquoi elle n'a pas eu d'enfants : soit elle ne pouvait pas en avoir (à partir de 1974, mais elle a déjà 30 ans, sa maladie est une réponse à la question), soit elle n'a pas trouvé le père, soit elle ne voulait pas en avoir, ce qui peut avoir un écho avec son enfance solitaire, rejetée par ses parents divorcés.

Nul ne guérit de son enfance, et Muriel n'a pas eu l'affection de parents aimants, elle a passé son temps dans des pensions en Angleterre et en France.

Elle a croqué la vie à pleines dents, elle en a profité jeune, quand elle pouvait, Henri Spade se souvenait en janvier 2006 de tous les boy friend qui défilaient chez Renée Saint Cyr.

Mais l'amour, le vrai, elle ne l'a jamais trouvé. Quel paradoxe pour une femme qui suscite en moi, même au delà des années et de la mort, un tel amour!

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>