Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 14 octobre 1972

12 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Glenn Ford fait la couverture de « Télé Poche » en Sam Cade. La photo couleurs page 2 représente Marie-Hélène Breillat en ensemble rose, à propos de « L’homme qui revient de loin ». La photo semble prise au château où se tourna la série.

Dans « Les indiscrétions d’Aglaé », on parle de Sophie Darel, de Jean Marais sur le tournage de « Karatékas and co », de Madeleine Constant journaliste à France Inter et des débuts de Jean-Marie Cavada.

J’annonce les programmes sous réserves, en effet, octobre 1972 est une période de grèves. Je rectifierai le jour venu si le programme a changé.

Alexandra Stewart pour « L’homme qui revient de loin », décidément un grand succès, fait la couverture de Télé 7 jours, alors qu’on l’ignorait quand elle était la vedette de « Danse sur un arc en ciel ».

Les reportages de ce magazine sont consacrés à Annie Cordy, Marina Vlady, à un duo Alice Sapritch-Paul Préboist. Sacha Distel faisant du sport et Dominique Paturel à la pêche ne sont pas en reste.

Voici les programmes du samedi : A 15H10 sur la 2,  "Les Saintes Chéries" avec l’épisode 14 aborde les épisodes en couleur de 1968 (la seconde saison). L’histoire s’appelle : « Eve et le déménagement ». Il y a Jean Yanne en vedette invitée. Il semble que cet épisode fut déprogrammé, car il fut annoncé à nouveau le 2 novembre.

Les Carpentier consacrent leur top à Sacha Distel. Il chante « Ma première guitare », « Chanson bleue », « Les musiciens », « Wakadou wakadé » et les titres de son album de l’époque « Chansons pour toi, album 73 ». Un petit peu en avance Sacha, surtout qu’il sortira en 1973 un autre 33 tours, « La musique et l’amour ». Il a invité Michel Delpech, Stéphane Grappelli, Annie Cordy, Johnny Mathis, Aldo Maccione, Véronique Sanson, Jean-Pierre Cassel, le groupe Il était une fois.

Puis c’est le troisième épisode de « La Journaliste » : « SOS en mer du Nord ».

Philippe Bouvard dans « Samedi soir » devait présenter Michel Polnareff, mais je vois sur le site de l’INA qu’il n’y a pas eu d’émission ce jour là (grève ?).

Sur la Une, face à Sacha, il y avait le téléfilm « La vallée sans printemps », avec Etienne Bierry. Télé Poche deux semaines plus tard dans son numéro 350 critique la dramatique : « La vallée sans printemps mais non pas sans ennui ».

Les samedis soirs de l’époque étaient un bonheur. J’ai beaucoup regretté Sacha Distel dont je collectionnais les disques. Bien entendu, ce 14 octobre, je furetais à la recherche de nouvelles de Muriel, mais elle n’en donnait pas, la coquine. Trop secrète, j’aurais apprécié la voir dans des émissions de variétés et des magazines.

 

Lire la suite

Vendredi 13 octobre 1972

10 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Fin de semaine morose. Ceux qui n'aiment pas le foot (j'en suis) et veulent échapper au match FRANCE-URSS sur la Une n'ont que l'émission des frères Rouland, "Entrez sans frapper", sur la 21H30 sur la 2. Les invités sont Marcel Amont qui chante alors "Bleu blanc rouge et des frites" et "L'amour à vol d'oiseau", sorte de remake de "L'amour ça fait passer le temps", son tube de 1971, et l'exubérante actrice Maria Mauban. Roger Carel, non mentionné dans Télé Poche, était le 3e invité, comme le confirme le site de l’INA. L’émission touchait à sa fin, l’INA recense ensuite quatre émissions, les 19 octobre, 16 et 30 novembre, et 14 décembre.

"La Révolte des Haïdouks" est un navet sans nom, ce n'est d'ailleurs pas une série franco-roumaine comme annoncé, mais une série roumaine.

Le vendredi en 1972-73, je sors tôt du collège (15h) mais j'apprécierai cela davantage au printemps qu'à l'automne, où le Mistral souffle et vous glace les os. J’ignore quel épisode des « Saintes chéries » fut programmé ce jour-là, sans doute un des 13 premiers qui n’avait pu être diffusé. En tout cas, la deuxième série commençait le lendemain. Ce seront les épisodes en couleur de 1968 que j’avais vus, à la différence de ceux de 1965. Télé Poche indiquait le premier épisode en couleurs, « Eve et le déménagement », avec Jean Yanne, qui on le verra sur le blog fut reprogrammé plus tard dans la saison.

Je continue d'évoquer ma passion à mon meilleur ami Francis. Avec le recul, je trouve étonnant que cela l'ait autant intéressé.

Muriel est la grande arlésienne de l'automne, et tandis que brillent Nicole Courcel, Marianne Köch, Alexandra Stewart dans leurs séries respectives, elle est aux abonnés absents.

C'est assez illogique car elle est presque au zénith de sa carrière.

Mais je suppose que même lorsque l'on parlait d'elle, pour moi, ce n'était pas suffisant! J'en voulais toujours davantage.

 

Lire la suite

Jeudi 12 octobre 1972

10 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Ce soir-là, une très jolie actrice faisait ses débuts : Monique Belluard. Elle devenait la vedette de la série "Les Boussardel" dans le rôle d'Amélie Boussardel. Mais en guise de carrière, elle ne dépassera pas 1976 et cinq rôles!

 Certes, Muriel n'en a tenu que 23, mais sur une durée de dix années, et sans son écart du métier injustifié à 30 ans, elle aurait tourné beaucoup plus.

Je rate le 13e et dernier épisode de la première série des « Saintes Chéries » : « Eve et la jalousie ».

"Les Boussardel" est donc le grand feuilleton de l'automne de la 2, tandis que la Une a opté pour le policier "Sam Cade" et propose le troisième épisode, "Voleur de chevaux" dans lequel Glenn Ford a pour partenaire George Maharis, vedette du premier épisode de l'anthologie "Mardi Soir": "Aide-toi, le ciel t'aidera" diffusé quelques mois plus tôt début juillet 1972.

En dehors de ces deux programmes, il n'y a rien d'intéressant à voir, et encore faut-il choisir l'un ou l'autre!

J'ignore combien de temps le tournage du "Premier juré" dura, Muriel y a le premier rôle féminin, ce qui fait qu'elle est quasiment de toutes les scènes. Elle avait tourné en six semaines le film "Déclic et des claques" entre août et septembre 1964. En octobre 1972, elle est fort probablement à Genève sous la direction de Roger Burckhardt en train de personnifier la journaliste Pierrette Vanier. Ce qui sauve ce feuilleton, c’est que l’on y voit ses magnifiques cheveux.

Un rôle qui hélas ne la met pas très en valeur. Quelle idée ridicule de lui faire porter une sorte de bonnet chapeau et de l'habiller aussi mal. Même si Muriel n'avait pas besoin de cela pour briller au firmament des bonnes comédiennes.

De quoi parlait-on en ce mois d'octobre ? Du footballeur Marius Trésor, qui était dans l'équipe de France, de Mort Shuman qui envahissait toutes les radios et les télés alors qu'il n'en méritait pas tant, de Maxime Le Forestier qui sortait son premier album et participait à ses premières émissions de télé, de Serge Lama qui chantait "Superman".

Ce qui est certain, c'est que l'on ne parlait pas assez de Muriel alors qu'elle avait beaucoup d'actualité.

 

Lire la suite

Mercredi 11 octobre 1972

9 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je ne suis pas prêt d'oublier ce jour là. Il y avait une sortie scolaire, et nous n'allions rentrer chez nous que dans l'après midi.

Or, je voulais voir l'épisode 4 des "Globe-trotters" dont je me souvenais un peu, l'ayant vu en 1967 : "La Fleur rouge". L'histoire m'avait marquée. Elle avait été déprogrammée le mercredi précédent, comme je l’ai dit sur le blog (pour ceux qui suivent !).

En Autriche, un jeune homme est écrasé sur une route de campagne. Pierre et Bob décident de mener l'enquête car le chauffeur de la voiture s'est enfuit. Bob fait un portrait robot du chauffeur en interrogeant les habitants. Et un peu plus loin sur cette route, se trouve une villa avec des trafiquants dont le coupable.

L'épisode était programmé à 15h10 et je suis revenu juste à temps, en courant depuis le collège. On nous avait emmenés en autocar voir des grottes. Finalement, même en n'ayant pas tenu de "journal",  des anecdotes comme celle de l'épisode des "Globe-trotters" me permettent de reconstituer le passé.

Je viens de regarder l’épisode sur le site de l’INA. Ce qui m’avait passionné en 1967 et 1972 est aujourd’hui difficile à supporter jusqu’au bout.

Le chanteur Antoine est l’invité du jour de Jean-Pierre Cassel dans l’émission de Danièle Gilbert.

Il y avait aussi le 3e épisode de « L’autobus à impériale » à 18h00 sur la première chaîne intitulé « Une partie de campagne ». Ceci dans le cadre de « Emissions pour les enfants » qui durait toute l’après-midi. Je ne regardais généralement que la série, et les clowns Les Barios quand ils étaient au programme.

Le soir, aux "Dossiers de l'écran » sont annulés en raison d’une grève et à la place est diffusé le film « Les trois mousquetaires ». Il était prévu le film « Umberto D » de Vittorio de Sica. Je verrai ce film un mercredi ultérieur. En face, sur la première chaîne, il y avait « La piste aux étoiles », émission qui m’émerveillait très jeune mais qui en 1972 me paraissait dépassée.

 

Lire la suite

Mardi 10 octobre 1972

8 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Télé 7 jours consacre un long article à Tino Rossi pour ses 39 ans de carrière, et qui chante "Parle plus bas", la chanson du film "Le Parrain", honneur qu'il partage avec... Martine Clémenceau, Marie Laforêt et Dalida. C’était encore l’époque où un tube était repris par plusieurs interprètes, phénomène qui disparaîtra progressivement.

L’après-midi, à 15h10, après « Aujourd’hui Madame », un vieux film, « Un milliard dans un billard », datant de 1965 avec Claude Rich, Elsa Martinelli, Jean Seberg et Pierre Vernier. Mais le mardi, je sortais à 17h00 du collège.

« Aujourd’hui Madame » reflète une époque où beaucoup de femmes ne travaillaient pas et restaient à la maison. C’est un magazine de débats qui est présenté par Valérie Manuel et produite par Armand Jammot. L’émission passe chaque jour sauf le dimanche et le lundi. Elle commença le 19 mai 1970 et prit fin le 15 janvier 1982. Le mardi, elle était suivie d’un film, les autres jours d’un feuilleton, le mercredi une série particulièrement réservée à la jeunesse (« Les globe-trotters »).

D’après le site de l’INA, il n’y a pas eu de « Cadet Rousselle » ce soir-là, Télé Poche annonce un « coup de chapeau à Dalida ». Je vois qu’il y a une émission le 26 septembre, et la suivante le 18 octobre.  Chose confirmée par le Télé Poche du 21 au 27 octobre où dans la page « Télé Critiques », il est mentionné que l’émission du 10 octobre a été remplacée par un show déjà enregistré d’Enrico Macias.

Le 2e épisode de "Amicalement vôtre" est diffusé à la suite, mais je ne sais toujours pas ce que c'est puisque mes parents n'ont pas voulu, étant donné l'heure tardive, que je le regarde. Je découvrirai cette histoire, "L'enlèvement de Lisa Zorakin", lors de la rediffusion en 1974.

"Pont Dormant" en est à son 5e épisode. J’étais loin de me douter à l’époque que j’aurais un jour au téléphone sa vedette, Anne Vernon, et qu’elle me dirait du mal de ma chère Muriel qui était sa partenaire dans « Richard Lagrange ». J’ai évoqué cela dans la biographie « La vie, quelle gifle ! » sortie en 2014. Elle a tout arrêté côté comédienne en 1972 et est devenue peintre à Cogolin sous le nom d’Edith Prouteau. Lorsque je lui ai téléphoné, elle me soutenait n’avoir jamais joué dans « Richard Lagrange », me disant que je confondais avec « Pont Dormant », mais lorsque j’ai mentionné Jean Claudio, elle s’est souvenue de Muriel en disant « Ah oui, la jeune première ! ». On a beau chercher dans toutes les interviews, Muriel n’a jamais dit de mal ni d’elle, ni de qui que ce soit.

A 20h30 sur la première chaîne, édition spéciale de « 24 heures sur la une », à l’occasion du 59e salon de l’automobile qui se déroule du 5 au 15 septembre. A 22h00, l’émission musicale « Un ton au dessus » a lieu en direct de l’Espace Cardin. Il s’agit de musique classique.

Muriel à cette époque-là (mais comme quasiment tout le temps) est au centre de toutes mes pensées.

 

Lire la suite

Document suisse sur "Richard Lagrange"

7 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #BIBLIOGRAPHIE - PRESSE

Document suisse sur "Richard Lagrange"

 

Lire la suite

INTERVIEW DE MURIEL dans le journal suisse Illustré

7 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #INTERVIEWS DE MURIEL

Une rare interview de Muriel.

 

INTERVIEW DE MURIEL dans le journal suisse Illustré
INTERVIEW DE MURIEL dans le journal suisse Illustré
Lire la suite

Document suisse du journal "Illustré"

7 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #INTERVIEWS DE MURIEL

Un article paru dans le journal suisse "Illustré".

 

 

Lire la suite

Lundi 9 octobre 1972

7 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Quand je dis que les magazines télé auraient pu donner des nouvelles de Muriel Baptiste, je n'exagère pas, jugez-plutôt les infos données sur les autres comédiens de série de l'époque.

 Danielle Volle tourne en alternance deux feuilletons, "Le Neveu d'Amérique" (qui sera traité sur ce blog lors de sa diffusion de juin 1973 en juin 2018) et "Les Mohicans de Paris" qui sera diffusé en septembre octobre. Aussi les deux réalisateurs doivent se partager l'emploi du temps de la comédienne pour la faire tourner.

Jean Marais fait une chute à moto lors du tournage de "Karatékas and Co" (Je traiterai le premier épisode d'août 1973 sur ce blog le moment venu), heureusement, plus de peur que de mal.

Brigitte Auber qui vient de jouer dans "Les Aristocrates" se plaint de ne plus tourner, personne ne veut d'elle. Elle donne sa version de sa brouille avec Hitchcock et dit que ce dernier lui a saboté sa carrière américaine.

Jean-Pierre Darras tourne le feuilleton "Molière pour rire et pour pleurer" (qui sera diffusé en novembre 1973).

Alice Sapritch et Paul Préboist tournent "Les Joyeux lurons" et Alice seule "Les Malheurs de la Comtesse".

Alors, que diable, on aurait pu parler de ma chère Muriel Baptiste qui n'était pas moins connue que Danièle Volle!

Je rectifie la fiche du 21 septembre, l'émission "A bout portant" avec Claude Nougaro n'a pas été diffusée pour cause de grèves. Elle sera diffusée, pour de bon cette-fois, le vendredi 20 octobre.

Revenons à ce lundi 9. La journée commence mal avec encore Mort Shuman chez Danièle Gilbert, l’invité de la semaine étant Jean-Pierre Cassel, un bon client des émissions de l’ORTF.

Les oisifs peuvent regarder le vieux film du lundi sur la une à 14h25, « Treize à table », datant de 1956 avec Micheline Presle et Fernand Gravey. Cette saison-là, je raterai Muriel le lundi 21 mai 1973 à pareil horaire dans son film « Déclic et des claques ».

J’ai très certainement eu tort de ne pas regarder "Pont Dormant avec Isabelle de Funès. Si c'était à refaire, je le regarderais. L'histoire a l'air de tenir la route, et la distribution est excellente.

Aucun regret par contre pour "La Révolte des Haïdouks" qu'il va falloir supporter plusieurs semaines.

Le paroxysme de l'angoisse survient dans le quatrième épisode de "L'homme qui revient de loin" où le fantôme d'André tue son frère, Jacques, incarné par Louis Velle. Jacques qu'un chirurgien va (le temps de deux épisodes mais pas plus) opérer du cœur, et en extrayant la balle le faire revenir de chez les morts, d'où le titre du feuilleton.

Je n’ai évidemment pas regardé le western de la 2 à la même heure : « Sept secondes en enfer ».

N'empêche que je piaffe d'impatience de retrouver Muriel !

 

Lire la suite

Dimanche 8 octobre 1972

6 Octobre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Un très bon film ce soir là sur la Une (mais je doute fort que mes parents m'aient laissé le voir) : "Le Diabolique docteur Mabuse" de Fritz Lang

 Donc pas étonnant que je n'ai aucun souvenir de ce film d'épouvante.

 La 2 fidèle à elle-même propose un dimanche anémié, avec un film, « Chanson païenne », avec Esther Williams, la nageuse, des jeux, des documentaires, bref rien à se mettre sous les yeux.

Sur la Une, rien qui me donnerait l'envie aujourd'hui d'allumer mon poste (à part "Mabuse" le soir).

En fait  les dimanches de la saison 1972-73 ont toujours été le point faible de la semaine. Comme si ce jour de la semaine était sacrifié quelque part, et que l'on ne propose les programmes valables de l'ORTF que les autres jours.

Très certainement, les prises de vue du "Premier juré" ont dû commencer à Genève et Muriel devait ce mois d'octobre 1972 jouer son rôle de journaliste Pierrette Vanier.

Elle tourne pour la première fois avec Michel Le Royer, mais retrouve certains acteurs comme Lise Lachenal, qui était la secrétaire et maîtresse de Jean Claudio dans "Les Dernières volontés de Richard Lagrange".

J'aurais bien aimé être averti de ce tournage et que Télé Poche ou Télé 7 jours lui consacrent un article.

Il y a bien un article dans le télé 7 jours de la semaine sur Antonella Lualdi dans "Lucien Leuwen".

L’émission de Guy Mardel « Le cœur en fête » prévue de 15h00 à 17h30 fut annulée en raison des grèves. Ses invités furent conviés le 22 octobre, mais l’émission avait changé de nom et de présentateur, c’était « Sports en fête » par Michel Drucker.

A 18h00, dans le théâtre de la jeunesse, nous avons droit à la première partie des « Deux nigauds » d’après l’œuvre de la comtesse de Ségur. Une rediffusion de 1966.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>