Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 13 Mai 1973

10 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 13 Mai 1973

Il n'y avait rien de formidable à la télé le dimanche 13 mai. Plus de feuilletons ("Les Monroe" et "Le jeune Fabre" sont terminés) et il faudra attendre le 27 mai pour que débute une série inédite de "Chapeau melon et bottes de cuir". Deux vieux films poussiéreux ("Le fils de Mademoiselle" sur la 2, "Tarzan et les sirènes" de 1948 sur la Une avec Johnny Weissmuller), un Drucker qui en direct du festival de Cannes reçoit Paul Newman et Ingrid Bergman. Enfin le soir, le film "Le crépuscule des aigles" avec George Peppard durait près de trois heures, donc la question de l'autorisation parentale de le regarder ne se posait même pas.

Télé Poche annonçait pour le lundi 21 mai à 14h25 "Déclic et des claques", mais mentionnait Renée Saint-Cyr et Annie Girardot, pas Muriel, et j'ignorais qu'elle avait tourné dans ce film. Télé Poche ne la mentionna non plus dans la distribution en présentant le film le 21 mai.

J'aurais été très malheureux de la rater, car sécher le lundi après midi était impossible.

Lire la suite

Samedi 12 Mai 1973

10 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 12 Mai 1973

Qu'y avait-t-il de plus intéressant que "Amicalement vôtre" un samedi de mai 1973? La série hélas allait se terminer début juin, Roger Moore et Tony Curtis n'en ayant tourné qu'une saison (24 épisodes). Trois avaient été refusés par l'ORTF et seront diffusés pour la première fois en septembre 1977 : "Le mot de passe", "Des secrets plein la tête" (deux films qui évoquent le parti communiste alors très puissant) et "Un drôle d'oiseau" qui parle de la collaboration française sous l'occupation. Il en restait donc pour l'ORTF seulement 21.

Télé Poche indiquait "peut-être un jour Roger Moore et Tony Curtis reprendront-ils la série, mais pour le moment, il n'en est pas question". Roger Moore, pour la sortie du James Bond "L'espion qui m'aimait", fut reçu par Drucker aux "Rendez vous du dimanche" et répondit à Mireille Mathieu qu'il ne tournerait pas d'autres épisodes. En effet, si "Amicalement vôtre" fut un triomphe en France, il n'en fut pas de même pour le public américain et la revente aux USA de la série par les anglais assurait le financement. De plus, Moore (jusqu'en 1985) sera occupé au cinéma par James Bond.

Ce samedi 12 mai, sixième des neuf épisodes restants de "Amicalement vôtre" : "Le lendemain matin".

C'est aussi à 15h25 (et pas 15h15 en raison d'un Aujourd'hui Madame plus long où Brigitte Bardot participait) que l'on retrouvait le onzième épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir", "Je vous tuerai à midi".

"La porteuse de pain" est remplacé par un feuilleton inintéressant au possible, "Du plomb dans la tête", j'ai vite éteint le téléviseur.

Il faisait beau, c'était le printemps, j'aimais Muriel et je trouvais la vie fort belle.

Lire la suite

Vendredi 11 Mai 1973

8 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 11 Mai 1973

Dixième épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir" : "Faux témoins". Puis le 34e temps de vivre, et le huitième de "Mission Impossible" : "Les frères". Cette-fois, il n'y a pas la trilogie de Pagnol en face, et je peux regarder.

"Mission Impossible", c'est toujours pareil, et cela ne m'a jamais intéressé à part deux actrices : Lesley Warren et Lynda Day-George, qui ont succédé à Barbara Bain qui m'a toujours laissé de marbre. Lynda était la femme de Christopher George, le héros Ben Richards de la série "L'immortel" diffusé sur la Une de mars à juin 1972. Dans "Chapeau melon et bottes de cuir", j'aimais bien aussi les deux filles : Diana Rigg et Linda Thorson, mais je me passionnais aussi pour les histoires et la série en général.

Lesley, Lynda, Diana, un peu moins Linda, sont d'un genre très différent de Muriel.

Ce sont des américaines et anglaises, assez sexy, enfin à l'époque, tandis que Muriel incarne mon idéal féminin. Les actrices dont je parle faisaient des séries d'action, alors que Muriel tenait des rôles plus sérieux, tragiques, ce qui m'a sans doute plu chez elle dès "La princesse du rail".

Lire la suite

Jeudi 10 Mai 1973

8 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 10 Mai 1973

Pas vu, mais c'est normal un jeudi, le neuvième épisode de "Chapeau melon" : "Un dangereux marché". Quand je l'ai découvert, dans les années 80, je ne l'ai pas trouvé extraordinaire.

Puis c'est le 33e épisode de la série "Le temps de vivre, le temps d'aimer", qui chaque fois me fait penser au premier juré et à mes rendez-vous avec Muriel. Alain Quercy, Jean-Louis, l'oncle de Muriel dans "Le premier juré" est le scénariste de la série avec Jean-Claude Pascal, ainsi qu'acteur dans le rôle de Rabut.

Le soir, après "Arpad", c'est Guy Lux qui reçoit Aznavour, Rika Zaraï, les compagnons de la chanson et Antoine. Ce dernier n'était pas encore parti voguer sur les océans.

Une semaine de mai presque terminée, et pas de Muriel en vue dans le télé poche acheté la veille. Pourtant, je vais revoir ma bien aimée actrice le mercredi 23 mai, ce qui sera la dernière fois pour l'année 73.

Lire la suite

Mercredi 9 Mai 1973

6 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 9 Mai 1973

Sixième épisode de "Daktari" : "Les otages" à 15h15. Puis 32e du temps de vivre. Je ne m'en souviens plus, mais il me semble qu'en 1973, les printemps étaient chauds, pas pourris comme maintenant où il n'y a plus de saisons.

Rien le soir entre une émission médicale et le grand échiquier. Dans notre époque pourrie par la méchanceté et la haine, je remonterai bien le temps jusqu'en 1973. Il me semble que les gens étaient différents, eh puis, il y avait Muriel.

Lire la suite

Mardi 8 Mai 1973

5 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 8 Mai 1973

31e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer", dont on peut dire qu'il amorce sa fin de parcours, puisque la série dure quarante épisodes, mais dix épisodes à voir, c'est exactement la moitié du trop court "Premier juré".

Après "Arpad le tzigane", j'ai peut-être jeté un coup d'oeil sur la Une pour voir Zavatta dans "Cavalcade Circus". Je suis en tout cas certain de ne pas avoir regardé le film de science-fiction de la 2, "Le voyage fantastique", avec Raquel Welch, aux dossiers de l'écran. Je me souviens que d'autres, dans ma classe de quatrième, l'avaient apprécié. A l'époque, en dehors de la science-fiction très terre à terre des "Envahisseurs" et de "L'immortel", je n'étais pas réceptif au genre.

Je me souviens avoir commencé à être triste en mai, car rien dans les prévisions programme ne laissait présager un quelconque retour de ma chère Muriel. 1973 est à la fois chère à mon souvenir pour la période qui va du 1er janvier au 24 avril, fin du "Premier juré", mais aussi l'année de langueur où ensuite je ne l'ai plus vue.

Lire la suite

Lundi 7 Mai 1973

4 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 7 Mai 1973

30e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer". Je me souviens que cela me faisait un sentiment bizarre que ce feuilleton, contemporain du "Premier juré", continue, sans plus attendre Muriel à 20h10. A la place, "Arpad le tzigane" me laissait indifférent, sitôt vu, sitôt oublié.

Ayant raté le quatrième épisode, j'ai repris en route "Le loup des mers" avec le suivant , "Sur une île perdue", le personnage de Maud était mort, j'avais raté beaucoup de péripéties en une seule fois, et eu du mal à suivre. C'est un feuilleton que je n'ai jamais revu ensuite. A ma connaissance, il n'a pas été rediffusé du moins en France, car c'est une production allemande.

Voici Muriel dans "Quelle famille".

Lire la suite

Dimanche 6 Mai 1973

3 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 6 Mai 1973

Difficile de faire pire au niveau programmes que ce dimanche 6 mai 1973 : le seul feuilleton est "Cannon" sur la 3 que je ne capte pas. "Le Jeune Fabre" est remplacé par un jeu, "La boîte à malices" présenté par Georges de Caunes, l'après-midi sur la 2, le film "La honte de la famille" avec Michel Galabru, et à 17h05 sur la Une, rediffusion d'un téléfilm "expérimental" de la 3, "Le machin" avec Louis Bugette et Tsilla Chelton. Impossible de me souvenir si j'ai vu le film du dimanche soir de la Une, "Le cri du cormoran, le soir, au-dessus des jonques" avec Michel Serrault.

Le printemps continuait sans Muriel présente en télé. Mais avec ce qu'il y avait un dimanche comme celui-là, je crois que le poste restait éteint et que je passais mon temps à rêver d'elle. Dommage qu'à l'époque, on n'ait pas songé à programmer "Le mois le plus beau".

Lire la suite

Samedi 5 Mai 1973

1 Mai 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 5 Mai 1973

En raison du match de football Sunderland-Leeds, finale de la coupe d’Angleterre en Eurovision (mais qui cela pouvait intéresser cela ?), le huitième épisode de « Chapeau melon et bottes de cuir » : « A vos souhaits » est diffusé à 16h50, se terminant à 17h45.

Je peux donc voir de justesse le 13e et dernier épisode de « La Porteuse de pain » à 18h20.

Le soir, après le 29e épisode du « Temps de vivre », et un top à Gilbert Bécaud des Carpentier, c’est le cinquième épisode de « Amicalement vôtre », un des meilleurs de la série, « Un ami d’enfance ».

Triste de l’absence de Muriel, la présence de Roger Moore et Tony Curtis le samedi soir, en première diffusion, sera une sacrée consolation jusqu’en juin.

Bouvard reçoit Maître Floriot, Hugues Aufray et l’écrivain René Barjavel.

Voici Muriel dans « La Princesse du rail ».

Admirable et merveilleux printemps 1973 plein d’insouciance.

Lire la suite
<< < 1 2 3